Tragique: triste fin pour Djiba Kanté, tuée dans une bagarre avec deux coépouses…

Drame
Image d'illustration
Image d'illustration

KINDIA- L'acte s'est déroulé ce Dimanche 12 mai 2019 aux environs de 11h au quartier Gare dans la commune urbaine de Kindia. Djiba Kanté a été tuée dans une bagarre confuse avec deux coépouses. 

Tout a commencé quand les deux coépouses accusées dans cette affaire ont été informées par un individu que leur conduite d'eau de la SEG a été coupée par une personne inconnue. Aussitôt  informées, les deux femmes se sont rendues sur les lieux pour vérifier l'information. Une fois sur place, elles ont trouvé Djiba Kanté en train de puiser de l'eau sur la conduite coupée. Aussitôt, une violente dispute a commencé entre elles. La victime, Djiba Kanté, âgée de 35 ans, les deux coépouses Aissatou Barry et Aissatou Sow se sont violemment affrontées. 

Aissatou Barry l’une des présumées coupable du meurtre de Djiba Kanté que nous avons interrogée a expliqué la scène. 

« La bagarre ne s'est pas déroulée entre Djiba et moi mais plutôt entre ma coépouse Aissatou Sow et Djiba Kanté. Je n’ai fait que les séparer. Mais je dois rappeler tout d'abord que nous étions parties regarder la manifestation des jeunes qui avaient barricadé les routes pour réclamer le retour de l'électricité dans leurs quartiers. C'est de là que nous avons été informées que la conduite de notre pompe a été coupée. Nous nous sommes rendues là-bas pour remettre la conduite afin qu’on puisse avoirde l’eau dans notre concession. Arrivées, nous avons trouvé Djiba qui puisait de l'eau. Mais le tuyau n'était pas complètement coupé, il était  plutôt dessoudé. J'ai tenté de raccorder. Pendant ce temps, ma coépouse a dit que le tuyau a été expressément coupé. Elle a dit que c’est avec ce même tuyau que Djiba se procure de l'eau. Celle-ci a aussitôt répliqué, les deux ont commencé à se disputer et se jeter l'une contre l'autre. Djiba a un peu étouffé sous l’effet du voile que portait ma coépouse.  Je suis venue les séparer mais Djiba s'est directement jetée sur moi. J'ai essayé de me défendre les gens nous ont séparées. Nous sommes rentrées. C'est une fois arrivée chez nous à la maison que nous avons appris par le mari de Djiba qu'elle est tombée et qu’elle a été transportée à l'hôpital régional de Kindia. Peu de temps après, nous avons appris qu'elle est décédée », a témoigné la principale accusée Aissatou Barry.

Du côté de la maison mortuaire, le mari de la victime explique différemment la scène. Il soutient que sa femme a été étranglée par les deux coépouses.

« Moi j'étais couché dans ma chambre, j'ai entendu un bruit au salon, je suis vite sorti trouver ma femme couchée. Ce sont les voisins qui l'ont transportée à la maison. Je suis allé directement rencontrer le mari des deux coépouses pour lui expliquer ce qui s'est passé ; Je lui ai dit que ces femmes ont étranglé ma femme, elle est tombée. Et c'était la première fois qu'elle tombe. Après ça, elle a été transportée à l'hôpital avant que les médecins ne confirment sa mort », a laissé entendre Fodé Kouyaté, le mari de la victime Djiba Kanté. 

A l’hôpital régional de Kindia où nous nous sommes rendus, docteur  Camara Sékou Abou, médecin chef service des urgences médico-chirurgicales a précisé que c'est un corps qui a été déposé à leur niveau. 

« C'est ce matin vers 11 heures que nous avons reçu un dépôt de corps d’une femme du nom de Djiba Kanté, ménagère âgée de 36 ans. On a examiné le corps, nous avons trouvé qu'il n'y a pas de lésion visible. Le corps a été déposé à la morgue, après les parents sont rentrés à la maison », explique le Dr Camara.

Il faut noter que les deux femmes présumées coupables du meurtre de Djiba Kanté ont été conduites à la compagnie de la gendarmerie territoriale de Kindia.

Dossier à suivre…

 

Mamadou Moussa Barry 

Correspondant régional d’Africaguinee.com à Kindia

Créé le Lundi 13 mai 2019 à 11:47