Bah Oury :"Pourquoi je ne suis pas membre du Front pour la défense de la Constitution"

Interview
BAH Oury, animateur du mouvement le Renouveau
BAH Oury, animateur du mouvement le Renouveau

CONAKRY- Pourquoi Bah Oury n’est pas membre du front pour la défense de la Constitution (FNDC)?  Comment les forces vives devraient-elles s’organiser pour défendre la Constitution de mai 2010 ? L’animateur du mouvement politique le Renouveau livre son analyse. Dans cette interview qu’il nous a accordée, Bah Oury parle également du contentieux qui l’oppose à la direction de l’UFDG. D’autres sujets d’ordre politique ont également été abordés dans cet entretien. Exclusif !!!

Africaguinee.com: Le délibéré du procès qui vous oppose à la direction de l’UFDG suite à votre exclusion est attendu le 25 juin prochain. Qu’espérez-vous obtenir de la justice ?

Bah Oury: La Cour d'Appel de Conakry qui doit délibérer sur la décision anti-statutaire d'exclure Bah Oury de l'UFDG a ajourné sa décision au 25 juin prochain. Comme vous le savez, cette exclusion a été invalidée en première instance. D'où le recours introduit par le camp adverse. Nous avons patienté 26 mois durant, nous nous efforçons encore de faire preuve de patience pour deux autres mois afin que la cour puisse se prononcer. Nous attendons de la justice le rétablissement des torts et des préjudices conformément au droit.

Est-ce que le verdict qui va être prononcé fait partie de vos plans pour préparer les législatives et la présidentielle de 2020 ?

Cette affaire politico-judiciaire ne gêne  nullement notre démarche politique pour les législatives et les présidentielles. D'abord avant tout c'est une question de recherche de la justice car il ne faut pas perdre de vue que ma crédibilité, mon honneur, mes convictions intimes et ma réputation ont été traînés dans la boue. Vous savez je ne mets pas mes sentiments personnels au-devant de mes convictions politiques surtout lorsque l'intérêt de notre pays est menacé.

Le front pour la défense de la Constitution a été lancé à Conakry. Vous ne faites pas partie de ce front bien vous soyez contre le troisième mandat. Pourquoi ?

Le lancement de ce front a coïncidé avec mon séjour  à l'étranger. C'est l'explication la plus prosaïque que nous n'ayons pas figuré dans la liste des signataires.

Certains estiment que c’est à cause de votre rivalité avec Cellou Dalein qui est en l’un des leaders. Est-ce le cas ? 

Ce qui est important dans un front c'est surtout sa large représentativité.  Il m'importe peu dans ce cas-là la présence d'un autre responsable avec lequel je pourrais avoir de lourds contentieux.

Selon vous comment les forces vives de la nation devraient-elles s’organiser pour protéger la constitution de MAI 2010 ?

En ce qui concerne l'organisation du Front, permettez-moi d'abord d'en parler avec les initiateurs. Mais,  j'ai regretté la précipitation avec laquelle le front a été mis en place car nous avons eu par le passé des expériences analogues qui sont sources d'enseignements pour ne répéter les fautes du passé. L'action politique victorieuse nécessite beaucoup de pédagogie et de sensibilisation des populations. Le Front doit s'atteler à ces tâches.

La CENI annonce que les élections législatives pourraient être tenues dans le dernier trimestre de cette année. Croyez-vous ?

La CENI est l'institution constitutionnelle qui organise les élections dans notre pays. Si elle estime qu'elle est en mesure de le faire d'ici la fin de l'année alors pourquoi pas? Toutefois,  au regard des difficultés actuelles d'installer les chefs de quartier et des présidents de district 14 mois après les élections communales, je reste circonspect.

Quelle est votre position dans le débat en cours  sur le fichier électoral ?

Une bonne élection est conditionnée avant tout par la bonne qualité du fichier électoral. Avec les multiples accords politiques, les rendements fréquents et des déclarations confuses par ci-par-là, il est essentiel de savoir s'il y a une volonté réelle de procéder à l'assainissement du fichier existant. Ceci dit tous les moyens doivent être mis en œuvre pour l'établissement d'un fichier électoral sincère en mesure de permettre des élections apaisées en Guinée.

Bah Oury candidat à la présidentielle de 2020. Que va-t-il proposer aux guinéens ?

Il  faut de la solennité pour présenter au pays notre proposition pour l’avenir. Nous le ferons avec l'aide de Dieu d'ici la fin de l'année.

Interview réalisée par  Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél: (+224) 655 31 11 14

 

 

Créé le Samedi 04 mai 2019 à 12:00