Damaro Camara : « Il n’y a p as de fictifs dans le fichier électoral… »

Polémique sur le fichier électoral
Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle
Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle

CONAKRY-le parti au pouvoir disposerait-il d’une réserve de voix pour battre l’opposition aux élections législatives? Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel tranche. Alors que les 1.488.000 électeurs sans empreintes, retrouvés dans le fichier audité soulèvent des polémiques, le RPG arc-en-ciel vient d’exprimer sa position. Interrogé par Africaguinee.com, M. Camara a soutenu que contrairement aux soupçons de l’opposition, le parti au pouvoir n’a aucune réserve de voix. 

« Les auditeurs ont fait le constat et des recommandations. Pendant que tout le monde était dans la salle, j’ai clairement posé la question : On est en train de faire une interprétation politique du million 488 000 supposés fictifs sans empreintes, qu’en est-il exactement ? Techniquement on a répondu. Je suis allé jusqu’à observer que l’opposition dit que c’est une réserve pour le pouvoir. Il a été démontré que depuis 2002, 2005, l’introduction de la biométrie en 2008, 2015 et 2018, nous avons changé plusieurs fois d’opérateurs de révision toujours sur la demande l’opposition. Mais chaque fois qu’on a changé d’opérateur, les données n’ont pas pu être récupérables en totalité, de l’opérateur précédant pour la simple raison que les logiciels n’ont jamais appartenu à la Guinée (…). Chaque nouvel opérateur procédait à une révision et n’arrivait pas à récupérer la totalité du précédant opérateur », a expliqué Amadou Damaro Camara. 

Selon lui, les un million quatre cents mille et quelques (électeurs) sans empreintes sont les conséquences techniques de l’impossibilité de récupérer toutes les données. « Ça n’a rien à voir avec une quelconque réserve d’électeurs du pouvoir.  En 2002, 2005, 2008, Alpha Condé n’était au pouvoir. Et d’ailleurs on avait 5 millions d’électeurs en 2005 et quand on est passé à la biométrie, on est arrivé à 4 millions et quelques. On peut bien dire que pour le régime passé il y avait plus d’un million et poussière qui étaient des réserves, rien n’en est. Il faut que ce soit clair », tranche-t-il. 

Pour corriger les anomalies qui existent dans le fichier actuel, l’opposition préconise qu’il y ait une révision qui exige la présence de l’ensemble des électeurs pour confirmer ou compléter leurs informations sur le plan alphanumérique ou biométrique. Mais cette option est rejetée par la mouvance présidentielle. Amadou Damaro explique pourquoi. 

« Ils ont demandé à ce que tous les électeurs passent devant les machines au risque d’être radiés du fichier. Nous avons signalé que ça serait contre la loi. Nous avons recommandé qu’on fasse tout techniquement pour que ceux qui ne sont pas des électeurs existant, s’il y en a, puissent disparaître du fichier (…). Pour ce qui nous concerne, nous la mouvance, nous sommes prêts à supporter tout ce qui peut faire du fichier un fichier clean et de consensus. Le million et quelques appelés fictifs ou pas, ce n’est pas vrai, c’est dû à des changements d’opérateurs. C’est purement et simplement technique », soutient-il, révélant qu’il a été décidé d’acheter un logiciel qui sera désormais la propriété de la Guinée. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112 

Créé le Mercredi 24 avril 2019 à 10:52