Insécurité : le journaliste Mountagha Touré échappe à une tentative d’assassinat…

Insécurité
Mounthaga Touré
Mounthaga Touré

CONAKRY-Le Directeur de Publication d’Africatimes Magazine a été victime d’une attaque à main armée ce lundi 26 novembre 2018 à son domicile à Taouya. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée mais d’imports dégâts matériels ont été enregistrée. L’attaque a eu lieu dans les environs de 21h.

Notre confrère a eu la vie sauve par le simple fait du hasard. Mountagha Touré était derrière sa cour au moment de l’attaque. 

Selon la victime, les assaillants étaient au nombre de trois. Tous armés, ces bandits parlaient des articles de presse que notre confrère a produits ces derniers temps.   Et ça coïncidé qu’il était assis derrière sa cours au moment des faits. Mountagha Touré explique que les bourreaux étaient tous armés et ils parlaient de ses articles. L’un était habillé en boubou, l’autre en costume et un dernier qui surveillait l’immeuble à partir de la route. Les deux qui se sont introduits dans son appartement, ont demandé de le voir en personne avant d’exiger de rentrer en possession de son ordinateur.

« Hier moi je suis rentré dans les bandes de 21h, je ne sais pas si j’étais suivi mais c’est après que l’action s’est produite que je me suis rendu compte (…), j’ai commencé à me poser des questions si je n’étais pas suivi. Quand je suis rentré, j’ai garé ma voiture, et comme très souvent, je suis allé m’asseoir avec d’autres jeunes du quartier au dehors. Près de 15mn après, c’est ma femme qui m’appelle pour me demander où j’étais. Elle m’a après expliqué ce qui s’est passé. Elle m’a dit que des inconnus armés étaient venus à la maison, et qu’il demandait après moi. Après leur avoir expliqué que je n’étais pas rentré, ils ont tenu à voir mon ordinateur. Heureusement que ma femme leur a dit que je ne rentrais pas avec mon ordinateur. 

Dans la maison de Mountagha Touré, plusieurs choses ont été détruites. Son salon ressemble à un endroit où un ouragan est passé. 

Interrogé sur les raisons éventuelles de la visite de ses inconnus armés à son domicile, notre confrère répond : « Moi j’habite au 3èmeétage, je ne suis pas en train d’accuser quelqu’un mais au 3èmeétage, un voleur qui vient jusque-là il ne partira pas les mains vides. Ces gens-là n’ont rien pris. Ils ont tout cassé, ils ont menacé, ils ont dit j’écris des choses, que j’écris des articles contre des gens. Tous les deux étaient armés avec des revolvers. Moi je suis le Directeur de Publication d’Africatimes Magazine en plus je suis un acteur de la société civile. J’ai publié une UNE de couverture que j’ai mise sur mon site il y a une semaine dont il a eu plus de 200 mille vues, je ne sais pas si la UNE-là qui dérange d’autres personnes. J’ai mis la UNE du Président de la Réplique et j’ai fait une analyse à l’intérieur du magazine sur la Constitution. Je vais porter plainte mais j’attends de voir comment vont évoluer les enquêtes », a-t-il témoigné.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com  

Créé le Mardi 27 novembre 2018 à 17:40

TAGS