Boubou Sow, opérateur économique sénégalais : « je suis menacé par un colonel de la Gendarmerie…»

Insécurité
Moussa Boubou Sow
Moussa Boubou Sow

CONAKRY-Après les séries de rapts et d’assassinats ciblant des opérateurs économiques en Guinée, c’est le phénomène ‘’d’extorsion’’ de fonds qui commence à prendre forme dans le pays ! Moussa Boubou Sow, propriétaire de l’hôtel « Sacha » situé au cœur du centre des affaires de la capitale  se dit victime de tentative d’arnaque et d’extorsion de fonds par des éléments  de la Gendarmerie guinéenne.

Cet opérateur économique guinéo-sénégalais pointe un doigt accusateur sur la gendarmerie nationale. Aux dires de Moussa Boubou Sow, ce corps d’élite de l’armée guinéenne jouerait la carte du harcèlement pour lui extorquer de l’argent au compte d’une pseudo-famille  d’un de ces amis décédé il y a de cela cinq années.

‘’J’ai un ami décédé il y a plus de cinq ans, dont je ne citerais  pas le nom, il a été une grande personnalité dans le pays. Donc après sa mort,  il y a un colonel de la gendarmerie avec une femme et des jumeaux, soit disant que ce sont les enfants de mon ami. Comme à l’époque, nous étions tous en deuil et je ne voulais pas de bruit, j’ai les ait offert une somme de trois millions de gnf et je leur ai dit qu’après l’enterrement nous irons rendre visite ensemble à la famille. Après l’inhumation,  j’ai vu la femme de mon ami décédé (…); elle m’a tout de suite dit qu’en Guinée, dès que quelque d’influent meurt, des gens sont prêts par toutes les manières à monter de faux trucs pour extorquer de l’argent. Elle me dit de ne pas me mêler de cela et que ce sont des affaires  de faux.  Une autre fois encore, le gendarme est venu à ma rencontre sans la femme ni les jumeaux pour me demander ce qu’on doit faire. Je lui ai répondu d’aller voir la famille de mon défunt ami pour leur expliquer tout cela (…), d’ailleurs ce jour-là aussi je lui ai remis deux millions pour les enfants qui, aux dires du militaire n’avaient pas de quoi manger. Quelques mois après, j’ai constaté que ce colonel me harcelait au téléphone. Quatre ans plus tard, il me rappelle et me menace d’arrestation parce que je m’étais porté garant, selon lui  de m’occuper de ces enfants-là.  Je ne suis pas sûr que ce soit les enfants de mon ami, ça c’est de l’arnaque. Je leur ai dit donc si c’est comme ça, d’aller porter plainte à la justice et de faire ce qu’ils veulent  (…), d’ailleurs ce ne sont pas mes enfants et je n’ai rien à voir avec ce problème. Tous les jours il me rappelle pour dire que je suis convoqué, mais je  ne réponds pas à ce genre de type. La loi me protège, s’ils envoient  des signaux et que je ne réponde pas, si c’est quelque chose de sérieux, il peut aller voir le procureur pour faire un mandat de la police, mais ils ne le font pas’’, a expliqué le PDG du SACHA-Hôtel.

Ce qui est agaçant selon M Sow Moussa Boubou, après les enlèvements et les tueries, le phénomène d’extorsion de fond fait désormais partie du panorama des arnaqueurs dans ce pays. Pour lui,  c’est une nouvelle mafia qui est en train de se créer.

‘’ Ce matin (lundi 25 septembre 2018, ndlr), un autre colonel de cette même gendarmerie m’appelle  pour m’insulter et me traiter d’escroc et me menacer d’expulsion de ce pays. Il a d’ailleurs indiqué qu’il viendra m’arrêter à midi. Cela commence à m’agacer, d’ailleurs vous savez que les opérateurs économiques sont menacés dans ce pays. Si les choses perdurent, dites-moi quel étranger viendra investir dans ce pays. Après les enlèvements et les tueries, il faut oser dire que le phénomène d’extorsion de fonds fait désormais partie du panorama des arnaqueurs dans ce pays (…), c’est une mafia qui se crée’’, a prévenu cet opérateur économique.

Son sms au Général Ibrahima Baldé, Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale…

Dans  sa narration, l’homme d’affaires indique avoir envoyé  un sms au Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale pour l’alerter.

‘’ J’ai averti d’ailleurs par sms, le Haut commandant de la gendarmerie nationale mais aucune réaction, c’est pourquoi je vous ai fait appel. J’aime ce pays et je ne voudrais pas qu’on parle mal de la Guinée. Voilà le problème, il faut que les autorités se lèvent un peu parce que ce qui se passe est grave. D’ailleurs accusez quelqu’un d’être le père d’enfants qu’il ne connait pas c’est grave. J’appelle les autorités pour leur dire qu’il y a un harcèlement à mon niveau, il y a des menaces c’est pour cela que je m’adresse à la presse parce que ça fait cinq ans que cela perdure. Je n’en peux plus (…), j’ai fait 35 ans en Guinée où j’ai investi des milliards dans l’immobilier et les Hôtels. J’ai des enfants qui sont nés ici et je suis guinéen comme tout le monde (…), je suis fatigué et j’ai même envie de tout fermer et de partir parce que c’est un harcèlement après tout’’  a lâché l’opérateur économique.

Affaire à suivre…

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel: (+224) 655 31 11 13

Créé le Jeudi 27 septembre 2018 à 10:58