.

Elhadj Saikou Yaya Barry : "Pourquoi la coordination haali poular a été créée…"

Facebook icon Twitter icon
Politique
Elhadj Saikou Yaya Barry doyen de la Coordination Haali-Poular
Elhadj Saikou Yaya Barry doyen de la Coordination Haali-Poular

CONAKRY-Il ne s’exprime que très rarement sur ce sujet ! Elhadj Saikou Yaya Barry vient de livrer quelques confidences sur les raisons de la création de la coordination haali poular, une organisation qui regroupe l’ensemble des locuteurs de la langue poular, l’une des plus parlées en Guinée.

Ce sage influent et très respecté qui s’est confié à Africaguinee.com au cours d’un entretien, a expliqué que face à la montée des clivages ethniques, il a voulu mettre en place une structure pour compléter harmonieusement l’Etat, à l’image du sénat en  France.  

« Avant que ma retraite n’intervienne en 1985, nos compatriotes m’ont choisi pour être le premier responsable de la coordination Haali-poular que j’ai exercé avec plaisir parce que j’ai toujours été très hostile à l’injustice. Je voulais que cette Guinée soit une Guinée où il fait beau vivre. J’ai aimé cette justice, j’ai aimé vivre avec mes compatriotes dans la dignité », confie le sage.

Plus loin Elhadj Sakou Yaya Barry dit avoir fait un constat « amer » sur la ségrégation ethnique à l’époque. « Un constat amer que j’ai fait, c’est ce comportement racial des uns vis-à-vis des autres. Un racisme aigu contre le Peulh qui n’a rien fait sinon être ce qu’il est. Parce que même ma retraite était liée à ça. Cette histoire de coordination, c’est ma coordination. Compte tenu de ce que je savais déjà. Je me suis dis que l’organisation gouvernementale faite ici peut être harmonieusement compléter par le sénat », a-t-il expliqué.

 En France, a-t-il dit, le sénat est une organisation de sages qui, pouvait faire revenir le gouvernement sur certaines décisions quand elles sont censées être injustes. « Nous nous sommes installés d’abord au foutah où les choses se sont très bien passées. On a écrit aux régions de la haute Guinée, de la forêt, de la basse Guinée, de s’organiser comme nous, pour que nous puissions aider le gouvernement. Ils ont répondu ensuite on a fixé une date, on s’est rencontré à Boussoura. Nous avions eu comme  doyen d’âge Aie Fodé. Moi en tant que fondateur, ils m’ont respecté et j’ai assumé les fonctions de responsables de l’ensemble. Nous avons mené à bien les choses. Je leur ai dit qu’il faut essayer d’harmoniser les choses, pour que cette Guinée qui nous vu naître puisse aller de l’avant », a confié le doyen de la coordination hall poular.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Dimanche 16 septembre 2018 à 19:44