.

Aboubacar Soumah tranche: « Pas de huit millions, pas d’ouverture des classes…»

Facebook icon Twitter icon
Syndicat
Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG
Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG

CONAKRY-Le syndicat des enseignants se radicalise ! Après la sortie du premier ministre Kassory Fofana, excluant toute augmentation de salaires pour le personnel enseignant, le SLECG a décidé de rompre les négociations, tout en exigeant une rémunération à hauteur de huit millions de francs.

La rentrée des classes prévue le 03 octobre 2018 pourrait être mouvementée cette année encore. Puisqu’elle est désormais conditionnée par les enseignants par un salaire de base de 8.000.000 GNF, faute de quoi l’école guinéenne sera à nouveau paralysée.  

Lire aussi-Aboubacar Soumah : « Si le Gouvernement estime qu’il n’a rien à nous donner… »

Aboubacar Soumah, le Secrétaire Général du SLECG l’a confié à notre rédaction, martelant qu’il n’y aura pas d’ouverture des classes sans les huit millions. La décision a été prise au terme d’une assemblée générale tenue par les enseignants à leur siège à Donka, alors que pour l’heure les négociations autour des huit millions sont suspendues.

« Tout le monde a suivi le premier ministre dire qu’il n’a pas un franc à nous donner par rapport au 8.000.000 GNF. Ils sont en train de créer des (structures syndicales parallèles) pour saboter notre mouvement. Tout ceci nous amène à nous radicaliser sur notre position. Pas de huit millions, pas d’ouverture des classes. Cette décision a été arrêtée par l’Assemblée Générale. Ce n’est pas moi qui ai décidé, ce sont les enseignants », a tranché le leader du SLECG.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 12 septembre 2018 à 10:38