.

Baydi Aribot brise le silence :"S'il y a vol à la Banque Centrale…" (audio)

Facebook icon Twitter icon
Gouvernance en Guinée
Baydi Aribot, deuxième vice-gouverneur de la BCRG
Baydi Aribot, deuxième vice-gouverneur de la BCRG

CONAKRY-Vingt-un millions de dollars ont-ils été détournés sur les comptes en devises de la BCRG basés à Dubaï ? Alors que l’affaire continue d’alimenter les débats, le deuxième vice gouverneur de la Banque Centrale vient de briser le silence. Baydi Aribot qui a été joint au téléphone depuis Moscou par un journaliste d’Africaguinee.com, a défendu la « crédibilité » de son institution, jurant que même dans un « rêve » cette affaire de détournement n’existe pas à la BCRG.

« Je persiste et signe qu’une telle affaire n’existe pas à la Banque Centrale même en rêve. Les gens pensent que le dollar c’est comme des cacahuètes. S’il y avait au moins une affaire pareille, j’aurais pu vous expliquer ou vous donner des détails. Mais il n’y en a pas ! Il n’y a rien absolument. J’ai été sidéré quand j’ai appris cette nouvelle par voie de presse pendant que je suis en déplacement. Je suis le second vice- Gouverneur de la banque centrale, je sais de quoi je parle. Mais une affaire comme ça n’existe pas. Les gens essaient de dire des choses, sans apporter des preuves tangibles d’une telle information pour conforter leur affirmation. La Banque Centrale est une institution crédible. Mieux, elle travaille avec des institutions partenaires qui font leur audit selon des procédures particulières comme KPMG qui est aujourd’hui une société d’audit reconnu à travers le monde, et qui ne valide pas les comptes d’une institution par hasard », a expliqué le deuxième vice-gouverneur de la BCRG.

Baydi Aribot soutient que la Banque Centrale a mis en place des normes de conformité contre, et la fraude et le blanchiment d’argent. « Je ne vois pas comment on peut dire qu’il y a 21 millions de dollars ou plus qui ont disparu comme ça là à la Banque Centrale. Je vous donne un exemple : s’il y a vol à la Banque Centrale le matin, à 18 heures, quand on doit arrêter les comptes, on saura qu’il y a vol en une journée. Aujourd’hui s’il y a quoique ce soit à la BCRG, en une journée nous pouvons nous en rendre compte. Alors comment un tel truc peut se passer sur plusieurs « versements » et qu’on ne soit pas au courant honnêtement ? », s’est-t-il interrogé.

Cette affaire de « détournement » de fonds qui éclabousse la première institution financière du pays a éclaté en début de semaine dans la presse.  « Je demande aux gens de recouper les informations avant de les mettre sur la place publique. Nous sommes dans un pays où le niveau théorique des gens est très faible. Ils croient à n’importe quoi et à n’importe qui. Il suffit d’une simple information malintentionnée pour créer des problèmes à des gens qui sont honnêtes qui se battent tous les jours pour que ce pays avance », a averti M. Aribot.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 06 septembre 2018 à 20:30

TAGS