Droit International Humanitaire : plusieurs professeurs d’Universités à l’école du CICR…

Société

CONAKRY- Des professeurs et chefs de départements de plusieurs Universités guinéennes ont bénéficié d’une formation en Droit International Humanitaire (DIH) de la part du Comité International de la Croix-Rouge (CICR). C’était lors d’un atelier de formation qui avait pour objectif de maintenir le partenariat avec le milieu académique et à renforcer les capacités des professeurs pour pérenniser le cours de DIH dans les facultés de droit du pays. Il s’agissait également d’améliorer les capacités des enseignants en vue de faciliter l’enseignement du DIH dans les facultés de droit du pays, mais aussi d’encourager et pérenniser l'utilisation du Manuel "Un droit dans la guerre" par les enseignants. Au cours de ces jours de formation, il a aussi été question d’identifier les difficultés liées à l'enseignement du DIH et prévoir des ébauches de solutions concertées tout en habituant les enseignants à traiter des cas pratiques pertinents avec les étudiants.

Selon le Conseiller juridique du bureau du CICR en Guinée, les attentes liées à la tenue de cette séance de formation sont nombreuses.

« Nous nous sommes rendu compte qu’en vertu de notre mandat, nous devons de faire la promotion du droit international humanitaire. Et c’est dans ce cadre que nous touchons les milieux académiques, les autorités politiques, les forces de défense et de sécurité pour veiller à ce que le Droit International Humanitaire soit connu en temps de paix pour qu’il soit respecté au cours des conflits armés », a expliqué Mamadou Saliou Souaré.

M. Souaré est par la suite revenu sur les attentes du CICR vis-à-vis des bénéficiaires de la formation.

« Nos attentes vis-à-vis de ces professeurs de Droit International Humanitaire, c’est la redynamisation de l’enseignement du DIH dans les Universités. Parce qu’en plus de cette formation, nous n’agissons pas seulement sur les enseignants, nous travaillons aussi avec les étudiants. Parce que chaque année nous organisons un concours de plaidoirie en Droit International Humanitaire, le concours de cette année aura lieu au mois de septembre et il sera coprésidé par les ministres de la justice et de l’enseignement supérieur. Donc c’est pour dire que nous travaillons sur les enseignants et sur les étudiants pour faire en sorte que ce Droit International Humanitaire soit largement connu. » A-t-il ajouté.

Plusieurs thèmes ont été débattus au cours de cette formation. Michel Janette Tolno est l’un des  formateurs.

« Les thèmes qui ont été abordés sont un peu traditionnels, notamment l’étude comparative entre le Droit International Humanitaire et le droit international des droits de l’Homme, la répression des violations au Droit International Humanitaire, la conduite des hostilités, les principes fondamentaux de la conduite des hostilités, la protection des biens civils, des personnes civiles, la protection de l’environnement pendant les hostilités », a cité entre autres Michel Janette Tolno.

A la sortie de cette formation, Makhissa Bangoura, participante, a exprimé sa totale satisfaction.

« Nous participants, nous pouvons dire que nous sommes très satisfaits. Moi personnellement je suis satisfaite parce que nous les assistants et les professeurs nous  sommes outillés. Cette formation pourra nous permettre de changer notre manière de faire, cette formation nous permettra de nous améliorer davantage. Et là, je ne peux pas dire que je promets mais, avec mon statut d’assistante, j’espère qu’avec ce que j’ai reçu ici, cela me permettra de m’améliorer en DIH dans les jours avenir », A-t-elle témoigné.

A rappeler que cet atelier de formation qui a connu la participation de quinze personnes a duré trois jours.

 

Oumar Bady Diallo         

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 25 août 2018 à 18:22

TAGS