.

Affaire "bail" du port autonome : Aboubacar Sylla livre sa part de vérité…

Facebook icon Twitter icon
Affaire Port autonome
Aboubacar Sylla, Ministre d'Etat en charge des Transports
Aboubacar Sylla, Ministre d'Etat en charge des Transports

CONAKRY-Le ministre guinéen des transports a donné ce jeudi 16 août 2018 sa part de vérité sur la convention que le gouvernement vient de signer avec la société turque Albayrak pour la gestion d’une partie du Port Autonome de Conakry (PAC). Aboubacar Sylla a d’abord précisé que le gouvernement n’a pas la vocation de soumettre à un referendum un contrat de concession.

‘’ Je crois que le Gouvernement est suffisamment mandaté pour cela, le chef de l’Etat a le droit de choisir qui il lui veut pour déléguer son pouvoir à un ministre pour engager l’Etat dans les actions de ce genre. On  n’est pas obligé de partager le contenu de ce contrat avec tous les guinéens ou avec les syndicalistes, cela ne se voit nulle part au monde. Sauf qu’en Guinée maintenant, chacun a pris l’habitude de vouloir disposer de prérogatives que ne lui confère ni la constitution, ni aucune loi de la République. Les responsabilités du gouvernement sont régaliennes’’, a tranché le ministre d’Etat aux transports.

Qui a signé le contrat ?

Le porte-parole du Gouvernement a révélé que c’est madame la directrice générale du Port qui a signé le contrat sous mandat du gouvernement guinéen avec la société Albayrak. « Elle n’est pas actionnaire du port mais plutôt fonctionnaire. Mais puisqu’il y a des implications financières importantes dans ce contrat, il a été lu et approuvé par le ministre des Finances qui est le seul habilité dans le gouvernement à engager financièrement l’Etat guinéen. Donc cette convention a été signée par madame la directrice et approuvée par Mr le ministre de l’Economie et des Finances. C’est ce qui fait que l’Etat guinéen est pleinement engagé », a précisé le ministre d’Etat.

Pourquoi le port a été mis en concession ?

 « C’est pour une question de financement et non pour le savoir-faire. Le problème c’est l’investissement, auparavant la gestion était bonne. L’Etat ne peut pas mettre 500 millions de dollars dans un Port Autonome alors qu’il a d’autres charges. Ici il s’agit de la privatisation de la gestion pendant que le port appartient toujours à la Guinée. Nous pouvons sortir de la concession à tout moment, on peut avant le terme des 25 anss, ortir de cette concession à travers des dispositions reconnues par la constitution. Nous n’avons pas de problème tant qu’il y a des gens qui vous apportent de l’argent et qui modernisent notre port. Je ne vois aucun inconvénient dans la mise en œuvre de cette concession », s’est-il défendu.

Elle va plutôt créer des emplois que d’en supprimer…

Aboubacar Sylla soutient ensuite que l’ère du temps, Etat gestionnaire n’existe plus. « L’Etat est d’ailleurs mauvais gestionnaire. L’Etat doit être là comme une puissance publique et faire de la régulation et laisser le privé gérer. Autant accepter de privatiser les gestions pour que le pays gagne plus à tout point de vue (…), et au niveau de taxes, des impôts, au niveau des redevances et aussi au niveau des emplois. La concession va plutôt créer les emplois que d’en supprimer »,  a-t-il assuré, alors que les syndicats projettent une manifestation ce vendredi 17 aout pour protester contre ce contrat .

Nous y reviendrons !

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 13

 

Créé le Jeudi 16 août 2018 à 22:02