Assassinat de Mariame Cissé à Lambanyi: l’effroyable récit de l’un des présumés bourreaux…

Insécurité à Conakry

CONAKRY-Deux présumés auteurs de l'assassinat de la petite Mariame Cissé à Lambanyi ont comparu ce lundi 10 juillet 2017 au tribunal de première instance de Dixinn. À l'ouverture des audiences, Mamadouba Soumah a reconnu les faits qui lui sont reprochés tandis que Sayon Doumbouya dit Simbo a plaidé non coupable.

Interrogé sur les faits, Mamadouba Soumah a expliqué: " j'ai fait trois mois avec Simbo. Un jour il m'a donné 100.000 francs guinéens dans un restaurant et il m'a dit qu'il peut m'aider à être riche. Il m'a demandé de faire un sacrifice humain. Un jour il est venu chez moi et il m'a dit d'envoyer un enfant.  J'ai envoyé une fille du nom d'Adama. Il m’a dit que cette fille ne connaît rien. Je suis allé prendre Mariame Cissé et je l'ai envoyée dans ma chambre où se trouvait Simbo . Il m'a dit d'envoyer un bol que j'ai aussitôt envoyé.  Il a fait sortir un produit en poudre.  On a mélangé le produit avec du sucre et il m'a donné mille francs  pour acheter des bonbons; je suis sortie (...), à mon retour, j'ai constaté que les gens avaient commencé à chercher Mariame. J'ai demandé à ce qu'ils suivent une direction que j'ai indiquée. Je suis revenu dans ma chambre, j'ai trouvé la fille couchée sur le lit. Simbo m'a dit de lui donner un sac.  Je l'ai donné le sac dans le quel se trouvent mes outils de travail et on a mis le corps de la fille dedans. C'est ce qui s'est passé”, a relaté l’accusé Mamadouba Soumah devant une assistance medusée.   

Une version rejetée par Sayon Doumbouya son coaccusé. Ce dernier affirme n'être ni de près ni de  loin mêlé à cette affaire.

"c'est au début du ramadan que mon frère est venu chez moi avec la maman de la fille qui a été tuée.  Elle m'a dit qu'elle a perdu de vue sa fille. Elle voulait que je l'aide.  Je l'ai demandé de faire un sacrifice mais elle m'a dit qu'elle n'avait pas les moyens. Je l'avais dit d'enlever une chèvre comme sacrifice. Je lui ai alors demandé d'acheter des colas pour le sacrifice.  11 jours après ils m'ont dit qu'ils ont retrouvé la fille dans la chambre de Mamadouba.  Ce  jour je suis venu filmer le corps de l'enfant qui était emballé dans un sac en plastique. Le lendemain des gens sont venus incendier la maison. Nous sommes venus éteindre le feu.  C'est quelques jours après que j'ai été arrêté", a expliqué pour sa part Sayon Doumbaya.

Avant de lever l’audience, le juge a ordonné la comparution de plusieurs témoins. Les prévenus Mamadouba Soumah et Sayon Doumbouya risquent la prison à vie s'ils sont reconnus coupables.

Affaire à suivre…

 

Thierno Sadou Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 10 juillet 2017 à 19:53