Attaque armée : braquage "spectaculaire" à Pita (près de 2 millions de FCFA emportés).

Insécurité routière

LABE-PITA- C’est un braquage spectaculaire qui s’est produit sur la route nationale Labé-Pita, en moyenne Guinée. Un minibus d’immatriculation ivoirienne en provenance de la Côte d’ivoire a été attaqué par des inconnus armés dans la nuit du mardi à mercredi 14 juin, sur la nationale Pita -Labé.

Les 20 passagers à bord en majorité des femmes  et des enfants  ont été dépouillés de tout. Des téléphones et près de 2 millions de francs CFA ont été emportés par les assaillants.

Encore sous le choc le chauffeur du véhicule Bah Mamadou Bhoydho raconte : «  nous avons quitté la Côte d’ivoire. C’est entre Pita-Labé que nous avons été attaqués non loin de Gueriyabhè. Nos agresseurs étaient dans une voiture, ils ont garé devant nous. Ils étaient  au nombre de 6 personnes. Ils ont fait descendre tout le monde  avant de retirer nos téléphones, l’argent. Moi seul j’avais sur moi 1.180.000 francs CFA. Des valises ont été déchirées, ils ont pris tout ce qu’ils voulaient avec nous, près d’une heure ils étaient sur nous. Mon apprenti a reçu un coup sur la tête. Nous n’avons pas eu de secours, nous réclamons sécurité », s’est alarmé le chauffeur.

Thierno Mamadou Oury Bah est aussi revenu sur les faits : « on n’a même pas fait 5 kilomètres après la sortie de Pita quand nous avons été attaqués. Ils étaient plus de 5 dans le véhicule mais c’est des jeunes garçons bien arrêtés qui ont foncés sur nous. Il  y avait trois autres qui étaient armés. J’ai perdu 400,000 francs CFA et 450.000 GNF et 15000 CFA que j’avais à part. Ils ont déchiré mes habits avant de prendre tout, les autres passagers ont tout perdu, même les femmes ils n’ont pas épargnés. Après leur opération ils sont retournés vers Pita », a raconté cette victime qui déplore l’insécurité dans le pays.

Une autre femme victime affirme avoir perdu 50.000 FCFA les autres dames parlent de perte de téléphone. Un homme parmi eux dit n’avoir plus rien pour rentrer dans son village. La plupart de ces passagers rentraient au pays pour la fête de ramadan qui s’annonce.

Au moment où nous quittions les lieux, le syndicat des transporteurs était en direction de la sûreté régionale de Labé pour une déclaration. Quant aux passagers, complètement désemparés ils étaient à la gare routière au secteur Radar, sans aide.

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel : (224) 657 41 09 69

Créé le Mercredi 14 juin 2017 à 16:58