Guinée: vers une démocratie sans violence?

Société

LABE- L’atelier de formation ‘’démocratie sans violence’’ ouvert le 15 mai dernier a été clôturé ce vendredi 19 Mai 2017 au siège de la baïonnette intelligente à Labé avec une note d’espoir et de satisfaction des participants.

Les différents participants ont été outillés sur plusieurs thèmes dont la non-violence, la construction d’une démocratie sans violence, les principes de maintien d’ordre, la gestion et la prévention des conflits dans les zones minières, les violences inter communautaires et leur origine, la menace islamiste ainsi que l’immigration clandestine.

Ibrahima Aminata Diallo responsable plate forme des jeunes de l’axe pour la démocratie et développement, l’un des participants a expliqué que cette formation a permis de créer un pont entre les jeunes de l’axe et les Force de Défense et de Sécurité (FDS).

« Nous avons eu à faire des formations avec certains officiers qui nous ont formé dans le maintien d’ordre. C’était une façon de nous dire que si on respecte les principes de maintien d’ordre on pourrait manifester sans violence. Aujourd’hui nous ne dirons pas qu’il y a une collaboration à 100% mais il  y a un début de collaboration qui est né, » indiqué Ibrahima Aminata qui se réjoui de la tenue de cet atelier.

A la clôture du programme de formation ‘’ DEMOCRATIE SANS VIOLENCE’’ Kaaly Diallo, consultant au projet Baïonnette intelligente est revenu sur les grands traits qui ont fait l’objet d’échange du 15 au 19 Mai 2017. Selon lui, durant ces 5 jours, il ya eu des échanges très importants sur des thèmes divers et variés suivis de débats houleux.

« Nous avons  touché largement  la problématique des conflits inter communautaires qui sont plus récurrents en Guinée forestière. Des questions  de la mal  gouvernance et leurs conséquences, des risques liés à la montée de l’extrémisme islamistes qui est une menace énorme dans la sous région ouest africaine. Nous avons aussi échangé autour  des  futurs activités du   programme ‘’DEMOCRATIE SANS VIOLENCE’’ en République de Guinée. Comment arriver à inverser la culture de violence, des atteintes aux droits humains, la justice populaire au profit de la paix, d’une justice efficace et impartiale qui mettrait fin à l’impunité érigée en mode de gouvernance en Guinée» a déclaré l’activiste des droits de l’homme

Aboubacar Souaré conseiller technique du projet s’est voulu rassurant quant à la dynamique des échanges entre les différents acteurs et participants  y compris les jeunes de l’axe à ce programme.

 «  l’atelier a déclenché  un vrai dynamique avec un partage d’informations, d’analyse de la situation conflictuelle en Guinée. Il a permis le partage des stratégies permettant de résoudre les conflits en construisant une paix et une démocratie sans violence. Les forces de sécurité ont montré à suffisance leur besoin de formation dans leur domaine, la CNPG (coalition nationale pour la paix en Guinée) a présenté un programme ambitieux, la PJDD entendez (plate forme des jeunes leaders de l’axe pour la démocratie et le développement est venue avec un plan d’action aussi très ambitieux. Le plus important la gouvernance guinéenne a fait l’objet de réflexion très approfondie par des personnes et d’esprits indépendants où l’on a montré  la relation entre cette gouvernance les conflits politiques, miniers et l’immigration clandestine », a-t-il dit.

Il indique que cette formation a été  un véritable tour d’horizon  de la problématique de l’Etat de droit en Guinée. Cela a permis à tous les participants d’impulser une détermination et un engagement dans ce sens.

« On a touché aussi à la religion, aujourd’hui des jeunes gens et des femmes sont de plus de plus embrigader dans un nouvel islam dont ne comprend pas tout à fait les contours. N’en voyant l’exemple du Mali, le Nigeria et tous ces pays qui nous entourent, cette menace telle qu’elle s’exprime ailleurs en Europe, nous ne devons pas attendre que le drapeau soit disant islamique flotte chez nous. Un drapeau terroriste tout cours d’ailleurs qu’ils veulent passer au nom de l’islam. Cette question aussi a été largement abordée. Des imams invités nous ont fait partager leur point de vue sur comment faire face à la montée de l’extrémisme islamique  », a détaillé Aboubacar Souaré, avouant que la projection des films documentaires dont celui  intitulé ‘’les Afres des Balafres’’ retraçant une triste réalité de l’axe Hamdallaye-Bamabeto a touché la sensibilité des participants.

Cette rencontre a eu une portée nationale très importante dans la mesure où elle a réussi à regrouper l’ensemble des structures qui œuvrent pour la paix dans les 33 préfectures de la Guinée et des 8 régions naturelles.

Il en ressort que les forces de défense et de sécurité doivent bénéficier d’une formation  dans le cadre de la non violence pour leur permettre de maintenir l’ordre sans violence en respectant parfaitement les textes en la matière.

Avec le département de l’administration du territoire, il s’agira de discuter avec les administrateurs territoriaux en organisant des formations en droit de l’homme, en problématique de la réquisition, en maintien d’ordre pour permettre à ces administrateurs de faire le maintient d’ordre afin qu’il n’y ait pas de violence. Tel est la vision de ce  nouveau programme dénommé ‘’Démocratie sans Violence’’

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Samedi 20 mai 2017 à 16:35