Insécurité à Conakry : le recteur de l’université de Sonfonia attaqué…

Insécurité
Le recteur de l'université de Sonfonia, Mamady Kourouma
Le recteur de l'université de Sonfonia, Mamady Kourouma

CONAKRY-Le recteur de l’université Général Lansana Conté de Sonfonia, Mamady Kourouma a été victime d’une attaque à main armée dans la nuit du lundi à mardi 28 février 2017, à son domicile. Les assaillants courent encore dans la nature.

L’attaque a eu lieu vers 2 heures du matin à Sonfonia dans la commune de Ratoma, a appris Africaguinee.com. Les assaillants armés de fusils, de burin, de marteaux, ont quadrillé le domicile privé du recteur avant d’entamer leur opération, nous a expliqué des témoins. Ils ont ensuite défoncé les portes, cassé les vitres avant de dépouiller tous les appartements. Argent, bijoux, habits et d’autres objets valeureux ont été emportés. L’attaque a duré environs 2heures de temps. Le recteur Mamady Kourouma et sa famille sont sous le choc.

« Quand ils sont venus, ils insultaient en soussou. Ils sont rentrés armés et ont dit où est madame. Je leur ai répondu que j’étais domestique. Ils s’en sont pris aux autres filles en giflant certains (…) Ils ont dépouillé les armoires, ils attachaient et faisaient sortir…Ils ont défoncé les portes, les antivols  comme des robots, ils étaient drogué. Ensuite ils ont allé à l’étage où était couché mon mari. Ils ont menacé de le tuer. Il leur a dit de prendre tout ce qu’ils veulent. Quand ils ont fini, ils l’ont serré pour le faire descendre de l’étage pour le tuer. Arrivé à la porte mon mari leur dit de le laisser étant donné qu’il leur a donné ce qu’ils veulent (…) ils l’ont administré un coup de cross, quand il a commencé à saigné. Ils sont partis (…) », a témoigné à notre rédaction l’une des épouses du recteur, encore traumatisée. Le recteur Mamady Kourouma sous le choc n’a pas pu témoigner.

Interrogations

Des témoins ont expliqué à Africaguinee.com que l’attaque a duré pendant 2heures de temps et que les forces de sécurités qui ont été appelées à maintes reprises au cours de l’attaque ne sont pas intervenues à temps, par manque de carburants. Selon eux, le recteur n’a pas un détachement sécuritaire chez lui. Toutes les demandes qu’il aurait introduit auprès des autorités compétentes n’ont pas prospéré.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 28 Février 2017 à 16:51