Papa Koly : « Je ne discute pas politique avec Dadis Camara… »

Interview
Papa Koly Kourouma
Papa Koly Kourouma

CONAKRY- Très proche de Dadis Camara, le Ministre d’Etat Papa Koly Kourouma s'est exprimé sur la démission de ce dernier à la tête du parti « Forces Patriotiques pour la Démocratie et le Développement ». Papa Koly Kourouma qui préside les destinées du parti « GRUP » a également donné son avis sur les conclusions du dialogue politique qui ont été signées cette semaine à Conakry. Exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Monsieur Papa Koly Kourouma bonjour !

PAPA KOLY KOUROUMA : Bonjour Monsieur Diallo !

Quelles appréciations faites-vous des conclusions du dialogue qui viennent d’être signées ?

Le dialogue, c’était pour discuter des modalités et des calendriers de mise en œuvre des accords précédemment obtenus. Ce n’était pas un dialogue en tant que tel. C’était un cadre de dialogue spécifique pour avoir un calendrier de mise en œuvre des accords déjà obtenu.

Etes-vous satisfaits des conclusions ?

Quand on va à un dialogue, on ne peut pas sortir avec 100% de ses attentes. Ce qu’on obtient autour d’un dialogue, ce sont des positions consensuelles. Mais le consensus ne veut pas dire l’unanimité. Chacun vient avec ses arguments et ses prétentions. Mais l’essentiel, c’est d’avoir une position consensuelle. Vous laissez une partie, vous obtenez l’autre, c’est ce qui signifie un dialogue.

Vous êtes l’un des proches de Dadis Camara qui vient de démissionner de sa formation politique, le FPDD (Forces Patriotiques pour la Démocratie et le Développement). Avez-vous un commentaire sur cette démission ?

Oui je suis l’un de ses proches. Mais lui et moi, nous ne discutons pas des questions politiques relatives à sa structure politique le FPDD. Je suis président du parti GRUP (Génération pour la réconciliation, l’unité et le Progrès). Si je vous dis que je suis l’un de ses proches, c’est en tant que grand-frère.

Un petit commentaire alors en tant que leader politique ?

Je n’ai pas à commenter. Lui-même, il a dit que c’est pour des raisons personnelles. Quand quelqu’un vous dit que je démissionne pour des raisons personnelles, on n’ira pas les lui demander. Je ne fais pas de commentaire. On a vu un président d’un parti qui démissionné à la tête de son parti.

Comment préparez-vous les élections communales qui pointent à l’horizon ?

Nous allons aborder ce rendez-vous dans les règles de l’art, conformément à la loi et conformément aux accords qui ont été obtenus. Nous sommes entièrement prêts. Tous les états-majors sont en train de travailler à l’établissement des listes dans les communes urbaines et rurales. Dans les districts également, nous aurons des gens à présenter. Tout ce travail, c’est maintenant que nous sommes en train de le faire. En attendant, nous sommes en train de renforcer les structures, les implantations parce qu’après les consultations de la présidentielle passée, il y a eu une recomposition du paysage politique. Donc, actuellement, nous sommes en train de revisiter nos structures et de renforcer là où c’est nécessaire, ensuite en créer quand le besoin y est.

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel. : (00224) 655 31 11 12

Créé le Dimanche 16 octobre 2016 à 11:59