«Soudain, Donald Trump a mis sa main sous ma jupe»

Etats-Unis
Summer Zervos
Summer Zervos

Summer Zervos a participé à l'émission de téléréalité «The Apprentice», animée de 2003 à 2015 par Donald Trump, mais a été éliminée de ce jeu à l'embauche. Elle raconte comment le candidat à la présidentielle lui a fait du rentre dedans.

«Après avoir été éliminée, j'ai continué à le voir comme un potentiel mentor, affirme la jeune femme. En 2007 j'ai contacté son bureau pour déjeuner avec lui. On m'a dit qu'il ne pouvait pas déjeuner mais qu'il voulait me rencontrer. Quand je suis arrivée, il m'a embrassée sur la bouche, assure Mme Zervos. Il a dit qu'il aimerait beaucoup que je travaille pour lui», ajout-t-elle.

A Los Angeles, Donald Trump l'invite à dîner à son hôtel et Mme Zervos est emmenée dans un bungalow. «Je me suis levée et il est venu vers moi et m'a embrassée à pleine bouche en m'attirant vers lui. J'ai reculé et me suis assise sur une chaise», raconte Mme Zervos.

«Il a sorti son sexe»

«Il m'a demandé de m'asseoir près de lui. Ce que j'ai fait. Puis il m'a prise par l'épaule et a commencé à me parler agressivement et il a mis sa main sur mes seins. J'ai reculé et suis partie dans une autre pièce.»

Le récit continue: «Il est venu vers moi et m'a pris la main et m'a emmenée dans la chambre, se souvient la jeune femme. Je suis sortie. Il m'a prise dans les bras et j'ai essayé de le repousser. Je l'ai repoussé pour avoir un peu d'espace entre nous et j'ai dit 'allez, faut pas rêver'. Et il m'a répété ces mots 'faut pas rêver' tout en commençant à sortir son sexe».

Mme Zervos a expliqué qu'elle avait décidé de parler après avoir entendu M. Trump nier, lors du débat face à Mme Clinton dimanche, s'être jamais comporté comme un prédateur sexuel.

«Il a touché mon vagin à travers mes sous-vêtements»

Une ancienne apprentie mannequin, Kristin Anderson, a elle aussi raconté vendredi, dans le Washington Post, avoir été agressée par le milliardaire.

Elle se trouvait au début des années 1990 à New York dans une boîte de nuit avec des amis quand «la personne sur ma droite, qui était Donald Trump, a mis ses mains sous ma jupe. (...) Il m'a touché le vagin à travers mes sous-vêtements».

Le candidat républicain subit un déluge d'accusations de comportement déplacé ou d'agression sexuelle formulées par une dizaine de femmes depuis l'exhumation le 7 octobre d'une vidéo accablante de 2005 où il tient des propos vulgaires et dégradants sur les femmes.

Il a nié toutes ces accusations.

AFP

Créé le Samedi 15 octobre 2016 à 9:16