Guinée: Le cri ‘’désespéré’’ de 884 employés licenciés de Rio Tinto…

Crise sociale

CONAKRY- Les travailleurs du géant minier anglo-australien crient au désespoir après l’annonce de la fermeture de sa filiale en Guinée ! Plus de 884 employés de cette multi nationale l’ont fait savoir ce lundi 29 août 2016 à travers un ‘’tonitruant’’ mouvement de protestation à la porte d’entrée de la base logistique de Rio-Tinto sise dans le quartier Coléah de Conakry, a constaté sur place Africaguinée.com.

 Mory Condé, surintendant du service logistique de Rio-Tinto, à la tête de cette ‘’fronde’’ a, au micro de notre reporter dégagé le but de cette grogne. Selon lui, la manifestation de ce lundi vise à montrer à la face du monde et à la Direction Générale de Rio-Tinto, l’injustice subie par l’ensemble des travailleurs de Rio-Tinto.

‘’ Après avoir passé plusieurs années au sein de cette entreprise, la plupart des employés avaient pensé que cette rupture de travail nous aurait permis de commencer une autre carrière mais hélas, nous sommes victimes de duperie et d’arbitraire (…). Nous sommes un effectif de 884 travailleurs, mais parmi nous malheureusement 75 personnes continuent à y travailler. Ces personnes comme elles étaient des parents ou des proches de certains membres de la Direction Générale, ont été reprises sur aucune base fondée au détriment de ceux  qui ont plus de seize ans d’expérience. C’est pour quoi nous attirons l’attention des autorités guinéennes (…). Nous avons formulé des courriers qu’on va faire parvenir à l’inspection générale du travail et au ministère des Mines ‘’ a expliqué Mory Condé, qui regrette le non paiement des émoluments que la compagnie avait promis aux employés soumis au programme de départ volontaire.

‘’ L’entreprise nous doit, puisque le programme de départ volontaire (PDV), initié par elle, n’a pas été satisfait. Sur un effectif de 884 travailleurs, plus de 850 personnes sont endettées dans les différentes banques de la place. Pire, les salaires de 12 mois annoncés par RIO-Tinto n’ont pas été payés’’ a regretté le surintendant.

Donzo Aboubacar, coordinateur du service sécurité d’enfoncer le clou, les nerfs à vif : ‘’  Nous avons eu confiance à ce projet surtout à travers le plan de communication qui planifiait à long terme sur l’investissement en Guinée, avec plus de 40 mille emplois. C’est la désillusion puisqu’à peine s’ils ont réussi à créer 1000 emplois de nos jours. Malheureusement ils nous ont fait miroiter un programme de départ volontaire en nous faisant croire que nous serons contents avec ce plan. Ils nous ont dit que nous partirons et que les frais seront pris en charge (…). Nous avons signé et sommes allés contracter des prêts à la banque. Après soustraction de réduction nous avons compris que nous sommes débiteurs à la banque. Toutes les frustrations sont venues de là-bas, puisque si après ton règlement la banque va reprendre tout ton argent. En donnant le prêt aux gens, les banques ne l’ont pas fait pour les individus, mais plutôt à l’entreprise.  Si ce genre de situation (fermeture, ndlr) arrive, c’est à l’entreprise de payer les dettes et non aux employés après leurs règlements’’ a dardé le colosse du service sécurité de Rio-Tinto.

Aux dernières nouvelles, les responsables de cette multi nationale Anglo-australien, ont demandé une rencontre d’urgence entre tous les travailleurs et les responsables ce lundi 29 août 2016, pour aplanir leurs divergences afin de trouver des solutions viables pour toutes les parties.

Affaire à suivre…

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

 

Créé le Lundi 29 août 2016 à 18:19