Retrait de Rio Tinto sur le Simandou : L’opposant Aboubacar Sylla indexe un coupable…

Opposition

CONAKRY- Après la décision de Rio Tinto de « renoncer » au projet minier sur le Simandou, l’opposition guinéenne a indexé un coupable. Selon Aboubacar Sylla, porte-parole de l’opposition républicaine, cette décision du Groupe anglo-australien fait suite à la mauvaise gouvernance qui a caractérisé selon lui le secteur des mines en Guinée.

« Comme vous devez le savoir, la montée des valeurs des ressources minières est cyclique. Pendant que la valeur du minerai de fer était à plus USD 150, les autorités guinéennes ont manqué de stratégie, elles se sont laissées entrainer dans des histoires de révision du code minier. Aujourd’hui le minerai est à moins de 40 USD, Rio Tinto estime qu’elle n’a aucun intérêt à continuer dans le projet » a expliqué le député Aboubacar Sylla.

L’ancien Ministre de l’information évoque également le « bicéphalisme » au sommet de l’Etat comme facteur ayant précipité le départ de Rio Tinto en Guinée.

« Les investisseurs ne sont pas des philanthropes. Ce qu’il ne faut surtout pas faire, c’est de revenir sur un accord qui avait déjà été signé avec eux. On a révisé le code minier plusieurs fois, quelque fois pour des choses qui n’en valent pas la peine » estime le Chef de file de l’Union des Forces du Changement, Aboubacar Sylla.

La surproduction mondiale de minerai de fer fait qu’il est désormais impossible de mener ce projet à bien, a jusifié le nouveau PDG de RIO TINTO, Jean-Sébastien Jacques, dans une interview au journal The Times.

Simandou est un mégaprojet minier d’envergure mondiale, situé dans le sud-est de la Guinée, qui réunissait quatre partenaires : Rio Tinto, Chinalco, la Société financière internationale, et l’Etat guinéen. Son coût global était estimé à 20 milliards de dollars US.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 05 juillet 2016 à 18:15