Guinée : Vers le déclenchement d’une grève dans le secteur de l’enseignement supérieur privé…

Grève
Alpha Condé
Alpha Condé

CONAKRY- Le secteur de l’enseignement supérieur privé guinéen pourrait connaître dans les prochains jours de grandes perturbations. Les Universités privés du pays menacent d’aller en grève dans les prochains jours si l’Etat ne s’acquittait pas de son devoir en payant la scolarité de ses étudiants boursiers, a appris Africaguinee.com.

Cette menace de grève inquiète les étudiants qui craignent que cette paralysie ne fasse un effet boomerang dans le secteur de l’éducation tout entier.

Selon les promoteurs d’Universités privés, l’Etat n’a pas respecté ses engagements. Les bourses de plusieurs étudiants qui sont en Licence 2 ou en fin de cycle, n’ont pas été régularisées par l’Etat. Cette situation semble également se répercuter chez le personnel enseignant dans les Universités privées. Plusieurs professeurs ont vu leurs salaires accuser un retard à cause dit-on, de l’absence de ressources financières dans ces établissements d’enseignement supérieurs privés.

Interrogé, un fondateur de la première l’Université privée de Guinée, le Dr Ousmane Kaba,  nous a confié que des négociations ont déjà été entamées avec les autorités du pays en vue de corriger ces imperfections. Même propos chez le fondateur de l’Université Nongo-Conakry. M. Souaré soutient que pour le moment aucune date n’a été annoncée pour le déclenchement d’une grève.

« Pour le moment nous sommes en négociation avec l’Etat,  au cas où on déciderait d’aller en grève nous allons vous informer »,  a déclaré M. Souaré,  le fondateur de l’Université Nongo Conakry. 

Plusieurs  étudiants   ont exprimé leur inquiétude face à cette menace de grève. Surpris de cette nouvelle,  Mamadou Cellou Guiché, étudiant en licence 3, Sociologie,   a indiqué qu’une grève pourrait avoir de graves conséquences sur les cours. C’est pourquoi, souligne t-il, il serait bien que les deux parties s’entendent.

« Le message que je pourrais lancer, c’est de parler avec le gouvernement pour trouver une solution au lieu d’aller dans cette situation qui n’aura pas  de finalité  pour les étudiants et les professeurs »,  a ajouté une autre étudiante répondant au nom de Aissatou Kourouma.

Le Ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique n’a pour l’instant pas réagi sur ce sujet.   

 

BAH Aïssatou

Pour africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Vendredi 22 janvier 2016 à 8:44