Projet de loi de finances 2014 : Le ministre délégué au budget s’explique…

CONAKRY- Après la convocation en ‘’catastrophe’’ du conseil national de la transition (CNT) pour la  session budgétaire en  vue d’adopter le Projet de  loi de finances 2014, le ministre délégué au budget a tenu à apporter quelques explications. Mohamed Diarré estime que ce retard  est dû aux tribulations incessantes qu’a connues le pays au cours de l’année 2013, a appris Aficaguinee.com.
 
Justifiant ce retard, le ministre a soutenu que : ‘’C’est parce l’année 2013 a été une année un peu perturbée en Guinée. Il y a eu des mouvements sociaux de revendications politiques. Ensuite, il y a eu les élections législatives, la précampagne et ensuite la campagne et après, il y eu cette longue attente des résultats des élections législatives validés par la cour suprême et ensuite en dernier lieu, il y a eu l’attente de l’acceptation des résultats au niveau d’une partie de la  classe politique à siéger à l’assemblée nationale’’, a expliqué le  ministre, tout en ajoutant : ‘’Donc, c’est toute cette perturbation qui a fait que cette année au lieu que le gouvernement ne dépose le projet de budget  le 15 octobre comme la loi le défini, nous avons décalé à cause de ces perturbations’’. 
 
Parlant des enjeux de cette adoption avant la fin de l’année, le ministre dira que : ‘’ Les enjeux du projet d’adoption de budget avant le début de son exécution, c’est la croissance, c’est le développement, c’est la réduction de la pauvreté, c’est la satisfaction des besoins sociaux de la population’’,  a-t-il indiqué.
 
Selon lui, ‘’si  on ne vote pas le budget de l’Etat avant le31 décembre, pour que le début d’exécution commence le 1er janvier, on ne pourra pas exécuter les dépenses d’investissements’’. Aussi indique Mohamed Diaré, ‘’la  nouvelle assemblée aura tout le loisir de voter les lois de finance initiales, ou des lois de fiances rectificatives’’, fait il remarquer.
 
Le ministre délégué au budget précise par ailleurs que l’article 157 de la constitution stipule  que ‘’le conseil national de la transition assumera toutes les fonctions législatives définies par la présente constitution jusqu’à l’installation de l’assemblée nationale’’.
 
  Diallo Boubacar 1 
   Pour Africaguinee.com
   Tel : (00224) 664 93 51 32
 
Créé le Mercredi 18 décembre 2013 à 11:10