Législatives en Guinée: la pression monte auprès de la Cour suprême

 

CONAKRY-A moins d'une semaine de la proclamation des résultats des législatives, la pression continue sur la Cour suprême présidée par Mamadou Sylla "Syma". Samedi, c'est l'Union des forces démocratiques de guinée (UFDG)de Cellou Dalein Diallo qui a interpellé la Cour pour que la "vérité" soit dite sur ce scrutin controversé en Guinée. 
 
"Nous, nous ne demandons pas à la Cour Suprême de nous aider, nous ne menaçons pas la Cour Suprême.(...) Ce que nous demandons à la Cour Suprême, c’est de dire la vérité. Nous savons tous comment l’élection s’est passée en Guinée", explique Fodé Oussou Fofana lors d'une assemblée générale de l'UFDG à Conakry.
 
Du côté de la mouvance, la décision de la Cour suprême devrait conforter la victoire du RPG-Arc-en-ciel qui vise également la présidence de l'assemblée nationale.
 
"Ce que nous attendons, c'est l'arrêt de la cour suprême pour voir au niveau des députés élus, qui sera soutenu par le parti pour être le président de l'Assemblée" soutien Moustapha Naité, porte-parole de la mouvance.
 
En début de semaine,  la Cour suprême a annoncé que son verdict sera connu le vendredi 15 novembre dès 18heures GMT (Heure locale).
 
Plusieurs partis de l'opposition ainsi que la mouvance présidentielle ont déposé des recours devant la Cour suprême pour protester contre des "fraudes" dans certaines circonscriptions électorales.La mouvance dénonce les résultats pour la ville de Conakry et plusieurs villes de la basse guinée.
 
Quand à l'opposition, elle demande "l'annulation pure et simple" du scrutin pour dénoncer ce qu'elle qualifie "d'hold-up électoral".
 
Selon les résultats provisoires proclamés par la commission électorale nationale indépendante (CENI), le parti présidentiel a obtenu 53 sièges mais devra négocier avec ses alliés pour obtenir la majorité au parlement.
 
  Ahmed Tounkara
   Pour Africaguinee.com
 
Créé le Dimanche 10 novembre 2013 à 17:14