Insécurité en Guinée : Une attaque à mains armées fait un mort…

 

Conakry- c’est un euphémisme de dire qu’actuellement l’insécurité bat son plein dans la capitale Conakry et ses environs. Dans  la soirée du mercredi 06 Novembre, une famille a fait l’objet d’une attaque armée dans le quartier keïtayah dans la commune de Dubreka, faisant un mort et un blessé par balles, a appris Africaguinee.com.
 
 La première victime, Abdourahmane Diogo a reçu une balle au front.
 
 ‘’Quand il a entendu les tirs, il a éteint le poste téléviseur qu’il regardait avant de sortir s’informer. Dès son apparition, ils (les assaillants, ndlr) ont tiré sur lui au front. Il est tombé. Les bandits ont perquisitionné et ont emporté des objets de valeur’’, explique  Abdoulaye Baldé, la seconde victime qui a reçu 5 balles à des parties différents de son corps : le flanc droit, à l’avant bras, au niveau de la cuisse gauche et à la main gauche où il a perdu un doigt. 
 
 
Abdoulaye Baldé, criblé de balles,  est aujourd’hui hospitalisé à l’hôpital de Donka où il bénéficie des soins. 
 
 
Dans la même nuit, le corps sans vie d’une personne d’une quarantaine d’années a été retrouvé poignardé sur plusieurs endroits de son corps dans la commune de Ratoma. 
 
La semaine dernière, des bandits armés ont attaqué un centre téléphonique à  Bonfi où ils ont ouvert le feu sur le propriétaire des lieux, un jeune diplômé et distributeur des produits de téléphonie mobile dans cette localité. Dans la même nuit, un haut responsable au commissariat à la réforme de l’administration a été débarqué de sa voiture et tué par un groupe de bandits.
 
Interrogé par rapport aux dispositions prises par le département de la sécurité face à cette montée de la criminalité dans la capitale, le ministre du dudit département répond : ‘’actuellement je suis à la brigade anti criminalité. On est en train de définir les choses pour redoubler encore d’efforts. Sinon les dispositions sont les mêmes. De toutes les façons rappelez-moi plus tard, parce que, ce qui vous dites est tout à fait vrai’’, a déclaré en substance le ministre Madifing Diané avant de raccrocher son téléphone. 
 
En deux semaines presqu’une dizaine de personnes ont été tuées dans des attaques armées à des endroits différents de la capitale.
 
  Diallo Boubacar 1 
   Pour Africaguinee.com
   Tel: (00224) 664 93 51 32
 
Créé le Samedi 09 novembre 2013 à 17:52