Justice: les ex détenus de Soronkoni reçus par le président Condé

CONAKRY-Les jeunes rescapés du camp militaire de Soronkony où ils ont été détenus dans des conditions ‘’inhumaines’’ pendant une dizaine de jours en fin septembre ; ont été reçus ce jeudi par le président de la République au Palais Sékhoutouréya, a appris Africaguinee.com.

C’est le ministre des droits de l’homme et des libertés publiques, qui a introduit la trentaine de jeunes accompagnés de leurs parents chez le chef de l’Etat.    

Selon nos informations lors de cette rencontre,  Kalifa Gassama Diaby dans un discours sans langue de bois a tout rappelé  devant le chef de l’Etat l'importance de cette rencontre, qui selon lui, est  de reconnaitre légitimement aux jeunes leur statut de victimes : ‘’ l’importance de cette rencontre, c'est de vous reconnaître légitimement et symboliquement votre statut de victime d’avoir été traité en violation évidente et flagrante des tous les Droits humains. Être reçu par le chef de l’État est un premier pas symbolique dans la manifestation de la vérité et de la justice. Le reste, vous avez le droit d'user de tous vos droits", a déclaré sans ambages le ministre devant le président Condé.

Ceux qui ont fait ça, doivent être sanctionnés, ajoutera le ministre des droits de l’homme selon qui,  c'est le minimum que l’Etat doit à ces jeunes qui ont subis des traitements illégaux, inhumains, dégradants et brutaux. ‘’Si nous voulons réellement garantir les droits de l'homme en Guinée, il faut sanctionner ceux qui violent nos lois, qu'ils soient civils ou militaires. Ainsi on rendra service au pays", a rappelé M. Diaby, avant de poursuivre en ces termes : "Ce qui s'est passé est grave et préoccupant. Il faut que les guinéens aient des garanties que cela ne se reproduirait plus. Pour cela, il faut identifier les auteurs pour qu'ils répondent devant la loi, la justice, et que les victimes soient rétablies dans leurs droits et dignité. Il faut que l’État assume sa responsabilité, en reconnaissant les mauvais traitements dégradants qui leur ont été infligés", a-t-il assené.

S'il n'y a pas de garantie pour sanctionner les auteurs, l'Etat de droit n'aura pas de sens, a déclaré sans hésiter, le ministre Diaby. ‘’sanctionner des agents qui violeraient les lois, ce n'est pas être contre les forces de l'ordre. Cela n'affaiblirait pas les forces de sécurité, au contraire, il faut sanctionner ceux des policiers ou gendarmes, ou militaires qui ne respecteraient pas nos lois, cela renforcerait la légitimité et la crédibilité de nos services de sécurité", aurait laissé entendre le ministre des droits de l’homme lors de cette rencontre.

Gassama Diaby a reconnu que, ce que les jeunes ont subi et ce qu'on leur a fait subir, est contraire aux lois et aux  Droits de l’homme. ‘’ si on ne sanctionne pas les auteurs, on aura été injuste avec les jeunes et on aura garanti l'impunité et la répétition.  Les droits de l'homme c'est pour tout le monde, sans exception, même ceux à qui on reprocherait quelque chose’’, soutiendra-t-il.

M. Diaby a également insisté lors de cette rencontre sur la nécessité de ne pas opposer sécurité et droits de l'homme, l'importance de rendre justice et d'établir les responsabilités, de respecter les principes de droit, ainsi que les droits de l'homme.

Selon nos informations, les raisons qui auraient motivé  l'arrestation et l'isolement de ces jeunes, c’était qu'on les a présenté comme étant des jeunes voyous qui dormaient dans les marchés et qui s'attaquaient aux forces de d l'ordre, aux citoyens et à leurs biens.  On avait convaincu le Président de cette version. Une version fausse, selon le ministre.

Kalifa Gassama Diaby a selon nos sources  répliqué fermement en soutenant tout d'abord que cette version était fausse, car ces jeunes avaient tous des familles dans les quartiers, et qu'ils n'ont pas été arrêtés dans les marches, mais dans les quartiers et parfois devant chez eux. En plus, dit le Ministre, même s'ils avaient été arrêtés dans les marches, rien ne justifie ce traitement illégal qui est  contraire à tous les principes des droits humains, contraire à nos lois.  Car, a-t-il ajouté, même lorsqu'on reproche quelque chose à quelqu'un, il doit être traité avec dignité donc conformément aux lois et aux principes universels des droits humains. ‘’ L’excuse de dormir dans les marchés est non seulement fausse, mais aussi cela ne peut justifier le traitement violent, dégradant et inhumain infligé à ces jeunes de façon injuste et inacceptable. Il faut leur rendre justice, leur rendre leur dignité. Si on reproche quelque chose à quelqu'un, c'est celui qui accuse qui doit apporter les preuves, devant la justice, dans le strict cadre légal, sans autres considérations’’, aurait insisté le ministre Gassama.

Cette position du ministre, selon nos sources a été défendue par le Président lors de la rencontre, qui a exprimé son attachement au respect des lois et des droits de l'homme.

Quant au porte-parole de la délégation, il tout d’abord rappeler les circonstances de leurs arrestations, les conditions dégradantes de leur traitement de Conakry à Kankan ainsi que de  leur situation depuis leur libération.

Après les avoir écouté, le Président de la République a clairement exprimé sa détermination à lutter contre les fauteurs de troubles, et contre l'impunité. Il a déclaré que l'Etat n’acceptera aucun trouble à l'ordre public, aucune atteinte aux personnes et à leurs biens. ‘’Désormais, celui qui violera la loi, sera poursuivi par la justice et puni conformément à la loi’’, a affirmé Pr Alpha Condé.

Le Chef de l’État a offert une enveloppe symbolique aux jeunes victimes pour l'achat de leur ordonnance prescrite par leur médecin. Ce geste pourrait être suivi d'autres mesures d'accompagnement.
Avant la fin de cette rencontre, le porte-parole des parents a  remercié le Ministre Gassama Diaby pour son rôle joué depuis l'arrestation des jeunes jusqu'à leur libération sans oublier ses soutiens moraux et financiers. Il a remercié le Président au nom des parents.

 Diallo Boubacar 1
  pour Africaguinee.com
Tel : (00224) 664 935 132

Créé le Vendredi 18 octobre 2013 à 23:53