africaguinne.com
africaguinne.com
N
User :
Pass :

Fin de transition en Guinée : Le Général Sékouba Konaté parle…(Exclusif)

Finalisation de la transition : Le Capitaine Dadis Camara s’exprime… (Exclusif)

Perchoir de l’assemblée : Dernière ligne droite pour le choix définitif du candidat de l’opposition

Situation socio-politique en Guinée: Ce qu'en pense l'opposant Faya Milimono

Exclusif: le président Condé demande la démission du gouvernement(officiel)


 

Detail de la News

Libye: Kadhafi encerclé...





TRIPOLI-Une partie du pays est désormais sous le contrôle des insurgés. Au sein même du pouvoir et de l’armée, les défections se multiplient. Mais le dictateur poursuit sa répression sanglante.

Muammar Kadhafi s’accroche au pouvoir, bien que toute une partie du pays, à l’est, soit passée aux mains des opposants. Les villes de Tobrouk, Derna, Benghazi, Masrata, El-Beida, Ajdabiya sont « tombées ». Combien de temps le Guide pourra-t-il tenir, alors que les défections au sein du régime se multiplient et que la communauté internationale, horrifiée par le bain de sang libyen, prévoit des sanctions ?

Un bilan meurtrier. Six cents morts, 1 000, 2 000, plus ? Impossible de connaître le nombre de victimes de la répression sanglante menée par Kadhafi.

Un premier bilan, fait de chiffres venus « de sources militaires » pour Tripoli et des recoupements effectués par la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), fait état de 640 morts, dont 275 à Tripoli et 230 à Benghazi. Mais cette macabre comptabilité pourrait être bien plus élevée. Franco Frattini, le ministre italien des Affaires étrangères, avance un chiffre « crédible » de 1000 décès, basé sur des sources médicales libyennes. Et, selon le témoignage d’un médecin français ayant travaillé un an et demi au Benghazi Medical Center, les affrontements dans cette ville de l’est auraient fait au moins 2 000 morts.

Défections au sein du régime. L’un des premiers à avoir lâché Kadhafi est son ministre de l’Intérieur, Abdel Fattah Younès, qui a appelé les militaires à abandonner le Guide. Les diplomates, eux aussi, quittent le navire. L’ambassadeur de Libye en France et son collègue de l’Unesco, également en poste à Paris, ont condamné le régime du colonel… mais veulent garder leurs postes. D’autres les ont imités, comme l’ambassadeur à Vienne (Autriche), en dénonçant « le recours excessif à la violence contre des manifestants pacifiques ».

Des militaires refusent de tirer ou de bombarder. Hier, un chasseur-bombardier Sukhoi 22 de fabrication russe s’est écrasé à l’ouest de la ville d’Ajdabiya, à 160 km de Benghazi. Le pilote et le copilote venaient de s’éjecter de l’appareil après avoir refusé l’ordre de bombarder la ville de Benghazi. Malte a refusé hier l’atterrissage d’un avion libyen ayant à son bord 14 personnes, dont la propre fille de Kadhafi. Lundi, en revanche, deux chasseurs et deux hélicoptères avaient atterri à Malte, leurs pilotes ayant déserté.

Les sanctions contre la Libye se précisent. Les pays de l’Union européenne se sont mis d’accord hier sur des « sanctions » qui incluraient un « embargo sur les armes, l’interdiction de l’accès au territoire de l’Union et la surveillance des mouvements financiers » des dirigeants libyens, ainsi que « la possibilité de les traduire en justice ». « Il faudrait aller plus loin », a estimé Henri Guaino, conseiller du président Sarkozy, tout en précisant « qu’[il] ne croi[t] pas trop à une intervention militaire ».

Leparisien.fr

  Rubrique: News Afrique  date: 24-Feb-2011 09:17:41  Partager:   :

 

 
Contacter Africaguinee.com :
(+224) 664 93 38 93
(+224) 656 93 38 93
(+224) 621 75 63 63


Twitter Facebook

 

 

ONG TCHAPE
Maghreb Arabe Presse
Africabox


The Nun'S copyright -- design by Nun'S