Délocalisation du dialogue : Le Gouvernement guinéen tranche…

Guinée
Des membres du Gouvernement guinéen
Des membres du Gouvernement guinéen

CONAKRY- Dimanche, 04 décembre à Abuja. Les chefs d’Etat de la Cedeao ont demandé instamment aux autorités guinéennes de « tenir un dialogue national incluant l'ensemble des acteurs politiques sans exception, et de garantir la sécurité et la liberté de tous les participants ».

Exprimant leur soutien au dialogue, ils se disent disposés à en « faciliter la tenue dans leurs pays, si nécessaire ». Ce qui laisse ainsi entrevoir l’éventualité d’une délocalisation du dialogue en dehors de la Guinée, comme en 2010.

Justement faut-il délocaliser le dialogue inclusif inter-guinéen ? Alors que le sujet divise les acteurs politiques en Guinée, les autorités de la transition banalisent. Pour elles, il est inimaginable à ce stade de transférer le dialogue déjà en cours ailleurs.

« Si on commente ça, on s'insulte soi-même. Donc, ce n'est pas la peine », a tranché le chef de la diplomatie guinéenne. Comme pour dire que le débat ne se pose pas.

En revanche, le Gouvernement guinéen se dit disposé à poursuivre les efforts internes pour permettre à tous les acteurs d’être autour de la table.

Avec l’appui des facilitatrices, le Premier ministre sous l’égide duquel se tient le dialogue, a réitéré la main tendue aux acteurs qui boycottent le dialogue.

« Nous maintenons notre principe de promouvoir la concorde nationale par le dialogue inclusif menée de manière transparente et de bonne foi (…).

 Les frères et les sœurs que nous avons invités à plusieurs reprises sont toujours les bienvenus. Nous maintenons la main tendue », assure Dr Bernard Goumou.

A suivre…

Africaguinee.com 

Créé le Mercredi 07 décembre 2022 à 16:21