Timbi-Madina : le Ministre Nagnalen Barry lance la campagne agricole…31 milliards Gnf mis à la disposition des agriculteurs

Agriculture

TIMBI-MADINA-Ce jeudi 24 octobre 2022, les acteurs du monde agricole étaient en fête à Timbi-Madina, une commune rurale agricole qui excelle dans la culture de la pomme de terre depuis plus de trois (3) décennies.

Et pour cause, la campagne agricole 2022-2023 a été officiellement lancée en grande pompe par le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage, Mamoudou Nagnalen Barry, qui a effectué le déplacement de Conakry à Timbi Madina pour la circonstance.

La cérémonie de lancement a connu une forte mobilisation des producteurs agricoles. Ils ont convergé massivement vers Timbi pour donner une empreinte à la taille de l’évènement. La journée a été ponctuée par des visites de terrain, mais aussi faire l’état des lieux sur le processus de mécanisation du secteur devenue une réalité sur toute la chaine de production de la pomme de terre.

A cette occasion, le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage a exprimé toute la reconnaissance du Gouvernement vis-à-vis de la fédération des paysans du Fouta Djallon ainsi que tous les producteurs pour les efforts qu’ils ont fournis pour sortir ce secteur de l’ornière, depuis des années sans l’appui de l’État.

En marge du lancement de cette campagne, Mamoudou Nagnalen Barry a annoncé que l’État a décidé d’accompagner les agriculteurs à hauteur de 31 milliards de francs guinéens de prêts pour aider les producteurs à faire un bon départ. Dans ces 31 milliards, les 5 milliards sont en engrais.

Ce geste émanant du président de la transition colonel Mamadi Doumbouya, à travers le ministère de l’agriculture, fait renaitre un grand espoir chez les producteurs agricoles, secoués ces dernières années par des crises de tout genre. Les agriculteurs n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction par rapport à cet accompagnement des autorités. En retour ils doivent amortir les coûts de la production pour rendre les récoltes accessibles, aux populations guinéennes à un prix raisonnable. Le geste réjouit à plus d’un titre, Moussa Para Diallo, président de la fédération des paysans du Fouta Djallon.

« Pour être honnête, je suis content pour une fois. Ça ne m’arrive pas souvent d’être content. J’ai une pensée positive à l’endroit des ministères des finances et du Budget qui ont concouru tous les deux à appuyer le ministère de l’agriculture et à mettre les fonds au niveau du FODA (fonds du développement agricole) pour accompagner les agriculteurs guinéens, notamment ceux de la filière pomme de terre. Il ne faut pas oublier que le président de la République nous a reçu avec beaucoup d’assurance et d’engagement en faveur des agriculteurs que nous sommes et la production nationale. Que ça soit du maïs, de la pomme de terre, du riz…il a fait de l’agriculture une priorité. La réponse du président à nos préoccupations est forte et pleins de sens. C’est un très bon départ, il faut aller plus loin, car l’agriculture est un secteur d’avenir. Ce n’est pas de la blague », s’est réjoui Elhadj Moussa Para Diallo.

Et de poursuivre : « Un accompagnement de l’État à hauteur de 31 milliards GNF pour les agriculteurs, c’est hautement significatif. Ce n’est point une promesse, mais un acquis. Une convention a été signée entre le FODA et nous autres sur instruction du président avec un appui technique du ministère de l’agriculture évidemment en passant par la société générale des banques en Guinée. Le prêt est à rembourser avec un taux d’intérêt intéressant. Avant avec les banques, on faisait des prêts avec des taux élevés qui varient de 11, 12, 13 voire 15%. Cette fois, c’est seulement 5% vous voyez la pertinence de l’accompagnement. Ce qui change la donne. Je pense qu’avec cette forme d’appui, nous pouvons à la fois accompagner les femmes, installer les jeunes, aider le secteur de façon générale et obtenir des meilleurs résultats avec de véritables zones de production comme dans les pays développés », témoigne joyeux, le président de la fédération des paysans du Fouta Djallon qui regroupe les 10 préfectures de la Moyenne-Guinée.

Dans le secteur agricole, des jeunes se distinguent malgré les obstacles qu’ils affrontent avec courage et détermination. Elhadj Amadou Barry qui a tout abandonné en ville pour s’installer en zone rurale en est un exemple. Ce jeune entrepreneur agricole depuis bientôt 10 ans gère l’entreprise GOBEL SARL, spécialisée dans la production de la pomme de terre, du maïs, du haricot et de la vente de matériels d’irrigation. Il est basé à Timbi-Madina. Le passage du ministre de l’agriculture à Timbi pour le lancement de la campagne agricole le réconforte.

« Nous sommes satisfaits d’un côté, de l’autre nous avons aussi un sentiment de pression en nous. Nous avons travaillé étroitement avec le ministère de l’agriculture et de l’élevage et le fonds de développement agricole afin de mettre la pomme sur le marché guinéen à un prix abordable. C’est-à-dire à moins de 7000 Gnf le kilo, allant de la période de janvier à juillet 2023. Cela constitue une pression énorme pour honorer l’engagement. De l’autre côté, c’est un soulagement parce que 31 milliards GNF sont mis à la disposition des producteurs. Il faut remercier le président de la République qui a consenti cet appui à travers son ministre de l’agriculture et le fonds de développement agricole pour accompagner le monde paysan. En retour nous devons faire en sorte que les populations sentent cette production partout dans le pays avec des prix raisonnables. Les agriculteurs vont entrer en possession du montant qui servira à l’achat des intrants agricoles, la semence, les engrais et quelques machines d’irrigations. Les retombées ont commencé déjà parce que le coût des semences a baissé (…). Tout ça, c’est pour que le prix du kilo n’excède pas 7000gnf pour le dernier producteur. Donc, c’est tout un défi à relever », a expliqué Elhadj Amadou Barry, communément appelé petit Barry.

Elhadj Amadou Dansoko pratique l’agriculture dans la préfecture de Labé. Il a parcouru une longue distance pour rallier Timbi-Madina où la campagne agricole a été officiellement lancée par le ministre de tutelle Mamoudou Nangnalen Barry. Il garde un grand espoir quant à l’accompagnement des producteurs agricoles. « Nous sommes animés par un sentiment d’espoir. La présence du ministre de l’agriculture et de l’élevage à nos côtés nous réconforte. Avec sa délégation, il est venu avec beaucoup de financement (…). Tout le monde est content de cet accompagnement de l’État. Nous sommes dans l’optique de fructifier les différents financements qu’ils nous ont octroyé. Le gros souci que nous avons c’est la non disponibilité des terres cultivables, je parle de Labé d’où je viens. Mais nous avons aussi certains produits biologiques qui attaquent nos champs notamment comme le Miljou.  Nous résistons néanmoins à certaines maladies à travers les produits que nous appliquons, mais ce n’est pas suffisant pour le moment. Nous avons besoin de plus d’accompagnement à ce niveau pour protéger nos champs », a lancé cet agriculteur.

Après une tournée dans les vastes étendues de champs, le ministre Nangnalen Barry s’est dit marqué par le courage et l’engagement des producteurs de la pomme de terre. Une occasion qu’il a mise à profit pour expliquer les reformes qu’il a engagées pour aider le secteur à se relever après des années de difficultés. La vision ? Rendre les productions accessibles à tous les guinéens pour contribuer à alléger le panier de la ménagère.

« Nous inscrivons cette présence dans la vision du président Mamadi Doumbouya d’accompagner le secteur agricole et d’en faire réellement le premier secteur économique dans le pays. Ce n’est pas une bataille facile parce que la Guinée est connue comme un pays minier, mais malgré tout, nous avons le potentiel, parce qu’en s’associant aux vrais acteurs privés, on les écoute, on trouve des solutions adaptées à leurs besoins. Nous pourrons facilement inverser la tendance. C’est réconfortant de constater que les appuis que nous faisons aux producteurs de la filière pomme de terre sont utilisés dans le bon sens. Nous sommes heureux de voir la mécanisation de l’agriculture par ici. La mécanisation est effective sur toute la chaine de production. Nous félicitons les acteurs de la filière pomme de terre pour l’exploit réalisé.

Avec l’implication de l’Etat, ils ambitionnent de faire beaucoup plus pour non seulement approvisionner le marché local et faire des efforts en termes de baisse des prix pour alléger le panier de la ménagère. Le premier ministre a instruit les ministres d’être sur le terrain. Il a indiqué qu’il ne veut pas voir les ministres dans les avions, mais il préfère les voir sur le terrain. Nous félicitons la fédération des paysans du Fouta Djallon, l’État est reconnaissant pour vos efforts. L’État compte encore sur vous pour créer la richesse dans vos zones de production mais aussi continuer à améliorer la balance commerciale », a déclaré le ministre de l’agriculture et de l’élevage.

Mamadou Nagnalen Barry a aussi répondu aux préoccupations des producteurs liées au difficile accès des zones de production comme Timbi-Madina. Après avoir fait le constat sur mauvais état des routes, il annoncé qu’il compte faire un plaidoyer à l’endroit du ministre des travaux publics dans ce sens.

Alpha Ousmane Bah

Pour africaguinee.com

TEL. (+224) 664 93 45 45

Créé le Vendredi 25 novembre 2022 à 19:08