Témoignage émouvant de Lancinè, époux de Kanko Touré, morte dans l’accident à Souguéta

Faranah
Lancinè Oularé
Lancinè Oularé

FARANAH-Le 06 novembre 2022, vingt-quatre personnes dont une dizaine d’étudiants, ont péri dans un accident à Souguéta, une localité située sur la route nationale numéro 1, entre les villes de Kindia et Mamou. Ce drame a plongé tout le pays dans un choc. KANKO TOURÉ, mère de trois enfants dont un garçon fait partie des victimes. Elle partait à Faranah pour assister à un mariage. Notre correspondant dans la région de Faranah est allé à la rencontre du mari de cette victime. C’est un veuf sous le choc qui a livré un témoignage émouvant sur cette tragédie qui lui arrache soudainement sa bien-aimée. Explications.

« Le jour de l'accident, le matin c’est moi-même qui l'ai accompagné sur ma moto à la gare routière de GOMBOYAH, elle a acheté son billet et on s'est donné aurevoir. J'ai retroussé chemin. Vers 10h, elle m'a encore rappelé pour me dire que leur véhicule a bougé. J’ai béni leur voyage.

Vers 15 h, elle m'a encore appelé pour me demander de partir à Entag, chercher un colis pour le remettre à sa grande sœur à GBESSIA.  Au début, je ne voulais pas, mais elle m'a supplié, finalement j'ai fini par accepter. Arrivée à Entag, j'ai tout fait pour la joindre au téléphone en vain. Son numéro ne passait pas. Je me suis dit qu’elle était dans une zone hors couverture du réseau.

Après avoir déposé le colis à Gbessia, j'ai continué vers mon domicile. En cours de route, son jeune frère ABLAYE TOURÉ m’a appelé en me demandant de venir urgemment à la maison, sans donner d'autres explications.  J'étais en train de faire mes ablutions lorsque le jeune est venu précipitamment me demander si sa grande sœur a voyagé. J’ai répondu par l’affirmative.

Ensuite, il me dit qu’il a reçu un appel de la part d'un gendarme qui lui a demandé s'il connaît le propriétaire de ce numéro. Celui-ci lui a dit que leur véhicule a fait un accident à Kindia et qu'il y a des morts et des blessés.  C'était aux environs de 19h.  On s'est immédiatement rendu à Kindia, on est arrivé à 23h à l'hôpital régional où on a trouvé que l'ambulance débarquait les blessés au nombre de 5 dont une femme. Je n'ai pas vu ma femme parmi eux. Vers 00h, j'ai vu un camion rempli de cadavres garer. Lorsque je me suis présenté, on m’a donné l'autorisation de vérifier l'intérieur du camion. J'ai allumé la torche de mon téléphone en manipulant les corps. C’est là que j'ai aperçu le corps de ma femme. J’ai fondu en larmes. On m’a fait descendre.

On est resté à Kindia, on voulait récupérer le corps, mais ils nous ont dit que le Gouvernement a demandé à ce que tous les corps soient ramenés à Conakry. On a suivi le camion jusqu'à Conakry, on est arrivé à 4h du matin. Le lendemain, j'ai récupéré le corps pour le ramener à Faranah. Nous sommes arrivés ce jeudi 10 novembre 2022.  L'enterrement est prévu à 17h. Je remercie toute la population de Faranah pour son soutien, pour avoir essuyé mes larmes.  Aucun colis de ma femme n'a été retrouvé. Elle avait pourtant des bagages, mais même une aiguille nous n'avons pas retrouvé.  Je m'en remets à la volonté de Dieu ».  

Depuis Faranah, Alpha Amadou Barry

Pour Africaguinee.com.

Créé le Jeudi 10 novembre 2022 à 18:23