Guinée : Les avocats de Kassory passent à la vitesse supérieure…

Guinée
Des avocats de Kassory Fofana en conférence de presse à Conakry
Des avocats de Kassory Fofana en conférence de presse à Conakry

CONAKRY- Dr Ibrahima Kassory Fofana, a décidé de passer à la vitesse supérieure après l'arrêt de la chambre de contrôle de la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières. Les avocats de l’ancien Premier ont annoncé ce vendredi 14 octobre 2022, une série d’actions qu’ils comptent engager pour la libération de leur client, qui selon eux, est victime d’un acharnement.

« Ibrahima Kassory Fofana croupit en prison dans des contextes de violation absolue du droit. Nous avons fait trois actions. La première c'est que la question de la liberté, on ne plaidera plus jamais devant la chambre de contrôle parce que, cette chambre de contrôle ne nous donne absolument aucune espèce de confiance.

Deux, nous avons saisi la Cour Suprême, juridiction la plus haute dont le degré est le plus haut pour déférer non seulement les violations mais en même temps l'acharnement d'un procureur.

Troisièmement, nous avons porté une plainte contre le procureur spécial de la Crief. Le ministre de la justice est saisi de cette plainte. Quatrièmement, nous avons saisi des juridictions à l'international, mais en même temps nous allons multiplier les plaintes, même à la commission africaine des droits de l'homme et du peuple », a annoncé maître Mamadou Ismaila Konaté.

Accusé de détournement de deniers publics, corruption, enrichissement illicite, blanchiment de capitaux, l'ancien chef du Gouvernement d'Alpha Condé est détention depuis le 06 avril.  Maître Ousmane Sèye dénonce avec véhémence l'arrêt rendu hier jeudi par la chambre de contrôle de la CFIEF. Inquiet de l’état de santé de son client, l’avocat sénégalais a porté de graves accusations contre les juges de la chambre de contrôle.

« Nous sommes inquiets de la détention de monsieur Kassory, inquiets sur l'état de santé de Kassory et nous sommes inquiets sur l'attitude de monsieur le procureur spécial, nous sommes inquiets de la chambre de contrôle qui semble être le répondant et le bras droit de monsieur le procureur spécial. Dans la dernière décision rendue par la chambre de contrôle pour refuser à monsieur Ibrahima Kassory sa libération, les juges ont repris totalement les réquisitions de monsieur le procureur spécial.

La chambre de contrôle dit, tant qu'il n'y a pas de charges contre monsieur Kassory, tant que la fille de monsieur Kassory n'est pas inculpée, tant que le gendre de monsieur Kassory n'est pas inculpé, il faut maintenir monsieur Kassory en prison. C'est la violation de l'indisponibilité de l'action publique.

Le procureur ne doit pas poursuivre un dossier et l'instruire. Il y a la séparation entre les fonctions de poursuite et d'instruction. Une fois que le procureur fait un réquisitoire, il est dessaisi du dossier.

C'est maintenant le juge d'instruction qui retrouve sa plénitude pour instruire lui seul le dossier. Et dans le cas de monsieur Kassory, il poursuit monsieur Kassory mais il veut instruire le dossier à la place du juge d'instruction. Il croit que le juge d'instruction est son subordonné. Il lui donne des ordres et doit les exécuter. Ce qui est grave », a-t-il flétri. 

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 14 octobre 2022 à 22:08