CRIEF : Accusé de "corruption", l’ex ministre Rémy Lamah livre sa part de vérité…

Guinée
Médecin Général Rémy Lamah, ancien ministre de la Santé
Médecin Général Rémy Lamah, ancien ministre de la Santé

CONAKRY- Accusé de "corruption dans la passation, l'exécution et le contrôle des marchés publics et complicité", l'ancien Ministre de santé était ce lundi 10 octobre 2022 devant la barre de la CRIEF (Cour de répression des infractions économiques et financières). Il a plaidé non coupable.

Au cœur de ce dossier judiciaire opposant l’ex ministre de la santé à la société ZMC, un contrat signé entre le ministère de la Santé pour la fourniture des kits césariennes, d'accouchement et néonatale.

A l'entame de ce procès, le président de la Cour Francis Kova Zoumanigui a ouvert les débats sur les liens qui ont existé entre le médecin Général Rémy Lamah et la société ZMC. Dans sa réponse, l'accusé a expliqué qu'"il n'y a eu que des liens administratifs entre le Ministère de la Santé et la société ZMC". Selon lui, "le Ministère de la Santé a signé un contrat de 3 ans (2012-2015) avec cette société"

Dans ce contrat, il était prévu un renouvellement à deux reprises, c'est-à-dire en 2015 et en 2018. Ce qui n'a jamais eu lieu. 

Selon les informations, quand le contrat est arrivé au terme en 2015, le Général Rémy Lamah à l'époque ministre de la santé a engagé une autre société dénommée, SOGUIMAP SARL (société guinéenne d'importation des médicaments et accessoires pharmaceutiques) pour remplacer la ZMC.

Dans sa réponse aux questions de la cour, le Général Rémy Lamah a affirmé que le contrat était signé entre lui et la société ZMC a été falsifié et qu'une page a été remplacé. 

"C'est lorsque la société ZMC a porté plainte contre le ministère et que le premier ministre et le président de la république (d’alors)nous ont convoqué que je me suis rendu compte qu'il y avait eu une substitution d'une page dans le contrat.

La page où il était mentionné que la durée du contrat était de 3 ans a été remplacée par le responsable de la passation des marchés du ministère de la santé du nom de Mamadi Condé. Pour preuve, celui-ci s'était rendu chez moi pour reconnaître les faits et me demander pardon.

Quand il était arrivé chez moi, j'étais avec ma maman, il s'est mis à genou pour demander pardon à ma mère afin qu’elle me supplie pour le pardonner", a expliqué Rémy Lamah à la barre avant de demander à la partie civile de présenter le contrat original qui avait été signé avec la société ZMC. 

Après avoir écouté l'accusé et la partie civile, le président Francis Kova Zoumanigui a renvoyé l’affaire à demain mardi 11 octobre pour écouter les témoins. Mais avant, il a invité le Général Rémy Lamah et l'ancien responsable de la passation des marchés du ministère de santé, Mamadi Condé de présenter la copie originale du contrat qui lie le ministère de la santé et la société ZMC. 

Dossier à suivre…

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 666 134 023 

Créé le Lundi 10 octobre 2022 à 21:07