Atrocités de 2009 : L’heure de vérité a sonné... sécurité renforcée au tribunal

Guinée

CONAKRY-En 2009, selon les Nations-Unies, plus de 150 civils étaient tués, 109 femmes violées…dans la répression sanglante d’une gigantesque manifestation des forces vives visant à contraindre Dadis Camara de renoncer à ses velléités de candidature à la présidentielle de l’année suivante (2010).

Que s’était-il passé ce jour ? Qui avait donné l’ordre de mener l’assaut contre les manifestants ? L’heure de vérité a sonné !

Ce mercredi 28 septembre 2022, s’ouvre à Conakry le procès des auteurs présumés de ces exactions qualifiées de crimes contre l’humanité.

Ce jugement attendu depuis treize ans devrait contribuer à rompre avec la tradition d’impunité dont la Guinée est réputée en être coutumière. Pour les victimes, c’est un ouf de soulagement.

A la Cour d’Appel de Conakry, la sécurité a été drastiquement renforcée, a constaté sur place, un journaliste d’Africaguinee.com. Un impressionnant dispositif sécuritaire boucle tous les accès.

Le colonel Mamadi Doumbouya y est attendu pour inaugurer le bâtiment devant abriter les audiences. Sur les lieux, on constate l’arrivée de plusieurs officielles. Mais les inculpés, eux, ne sont pas encore arrivés.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Mercredi 28 septembre 2022 à 12:56