Dialogue, exclusion de Ousmane Gaoual à l'UFDG : Fodé Oussou répond au Porte-parole du Gouvernement

Guinée
Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDG
Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDG

CONAKRY-Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président du Parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a fait une mise au point ce lundi 19 septembre 2022, après la sortie de Ousmane Gaoual Diallo.

Le Porte-parole du Gouvernement, s’exprimant chez nos confrères de « Fim fm » a insinué que l’ANAD n’aurait rien à proposer, c’est pourquoi elle continue de poser des préalables pour rejoindre la table du dialogue. Dans sa réplique, le vice-président de l’UFDG n’est pas allé par le dos de la cuillère, affirmant que le porte-parole s’aventure sur des sujets dont n’a nullement la maîtrise.

« Le Porte-parole du Gouvernement porte la parole du Gouvernement. Il y a un ministre qui est l’interlocuteur direct des partis politiques. C’est le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation. Lorsqu’on sort de son rôle de porte-parole du Gouvernement pour parler de tous les sujets y compris ceux dont on n’a aucune maîtrise, ça devient du désordre.

Quand il va jusqu’à dire que nous ne voulons pas du dialogue, ça n’engage que lui et ceux qui croient en lui. Nous, nous demandons un cadre de dialogue. Pour ça, notre interlocuteur s’appelle Mory Condé. C’est avec ce dernier qu’on discute de dialogue et d’élections. Le Premier ministre, de par les textes, est celui qui est attitré pour mettre autour de la table les acteurs politiques.

Mais à chaque fois que le porte-parole parle de dialogue, il retourne les gens en arrière de dix ans parce qu’il n’a aucune maitrise. Ce n’est pas parce qu’on est porte-parole du Gouvernement qu’on doit se permettre de raconter des contrevérités sur des institutions politiques », a indiqué Dr Fodé Oussou Fofana qui s’est confié ce lundi 19 septembre 2022 à Africaguinee.com.

Alors que Ousmane Gaoual Diallo révèle que la décision de son exclusion à l’UFDG ne lui aurait pas encore été notifiée, M. Fofana a apporté une précision. 

« Le congrès élit les membres du conseil politique. Mais il n’est pas dit dans les statuts que lorsqu’on est élu par le Congrès, il faut une décision du Congrès pour exclure un des membres qui commet une faute grave. Lorsqu’un cadre commet une faute considérée comme étant grave, le conseil politique se réunit, discute de la situation, décide de l’exclusion ou non.

C’est les membres du conseil politique présents qui disent leur avis. Si les membres du conseil politique décident, la décision est avalisée par le bureau exécutif national. Maintenant si quelqu’un n’est pas d’accord sur son exclusion, il a aussi le droit d’aller au tribunal s’il veut », a martelé le vice-président de l’UFDG.

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Lundi 19 septembre 2022 à 15:02