Koundou réplique : "Le faux Gorko Soussaye tente désespérément…"

Guinée
Sékou Koundouno
Sékou Koundouno

CONAKRY-Du berger à la bergère ! La réplique du Front National pour la Défense de la Constitution ne s’est pas fait attendre suite aux propos tenus ce mardi 6 septembre 2022, par le ministre porte-parole du Gouvernement, le concernant. Les dirigeants de ce mouvement hétéroclite, dissous le 06 août dernier par la junte, ont aussitôt répondu sèchement à Ousmane Gaoual Diallo qui a déclaré que le FNDC ne « représente strictement rien » en dehors des partis politiques.

« Ousmane Gaoual Diallo est une âme en peine, un personnage totalement déboussolé. Il pense que pour rester au-devant de la scène, retrouver la considération qu'il a perdue à jamais et pour mériter la confiance de ses maîtres réunis au sein de la nébuleuse CNRD, il faut aller plus loin encore dans l'arrogance, les excès et la démesure dans les propos et même dans les actes. Ce repris de justice trimbalé devant les tribunaux pour coups et blessures volontaires, ne sait peut-être pas qu'il constitue un cas médical », a rétorqué Sékou Koundouno.

Et d’enchaîner relevant que le FNDC composé de dirigeants identifiables et qui assument leur position publiquement. « Le FNDC n'a rien à voir avec ce groupe mafieux qui trônent aujourd'hui à la tête du pays et que le faux " Gorko Soussaye" tente désespérément de défendre en contrepartie de sa survie au gouvernement », a réplique l’activiste se demandant si Ousmane Gaoual ne souvient pas des photos ou des vidéos dans lesquels il arborait fièrement un tee-shirt et une casquette "FNDC".

Lire aussi-Guinée : Ousmane Gaoual Diallo règle ses comptes avec le FNDC…

« Cet individu qui disait qu'il n'est pas interdit de tuer un président de la République et qui demandait aux habitants de l'Axe de se trouver chacun une arme à feu pour abattre toute personne qui s'introduirait dans leurs domiciles, pense-t-il que les guinéens ont oublié ses discours et actes ? C'est vrai que lorsqu'il était en prison, il était tellement poltron que pour lui il fallait qu'il obtienne sa liberté à n'importe quel prix. C'est pourquoi, il prend Mamadi Doumbouya et consorts comme ses dieux », enfonce M. Koundouno, qui prévient que rien n'arrêtera la marche du FNDC.

Africaguinee.com

Créé le Mardi 06 septembre 2022 à 23:30