Bilan de Doumbouya : Réactions croisées de Cellou, Faya, Saloum...

Guinée

CONAKRY-05 septembre 2021, 05 septembre 2022 ! Il y a juste un an jour pour jour, le colonel Mamadi Doumbouya, à la tête du Groupement des Forces Spéciales (GFS) renversait Alpha Condé. Pour justifier ce putsch venu à un moment où on ne s’attendait (presque) pas, le tombeur de l’ancien chef d’Etat avait invoqué plusieurs tares. Le pourrissement de la situation sociopolitique du pays, le disfonctionnement des institutions républicaines, l’instrumentalisation de la justice, le piétinement des droits des citoyens, l’irrespect des principes démocratiques, la politisation à outrance de l’administration publique…etc. Ce discours fort avait eu un large écho et surtout une forte adhésion des guinéens.

Mais depuis (365 jours) beaucoup d'eaux a coulé sous le pont. Un an après, qu’en est-il de ces promesses ? Votre quotidien en ligne a recueilli des avis croisés de certains acteurs politiques. Si certains saluent le bilan, d’autres restent désenchantés et accusent le CNRD d’avoir trahi ses engagements initiaux. Pour Dr Faya Millimono, président du Bloc Libéral (BL), le bilan du Colonel Mamadi Doumbouya est globalement élogieux.

Un bilan globalement positif

« On peut parler d'un bilan globalement positif. Les intentions de départ qui cadraient bien avec les ambitions des Guinéens, ceci au regard de la situation dans la laquelle nous étions sont encore là. Il y a beaucoup de choses qui ont été faites en un laps de temps. Il y a un exercice d'écoute qui a été fait brillamment et cela a permis de doter le pays d'une charte et a aussi permis de donner un agenda pour cette période transitoire. Les fameux 10 points. Ensuite, on a vu le Gouvernement installé, on a vu le CNT installé qui est aujourd'hui fonctionnel et il y a des chantiers qui ont été lancés.

Par exemple la moralisation de la vie publique avec la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF) qui travaille maintenant. Nous avons la récupération des domaines de l'Etat qui sont un autre chantier.  Par rapport au chantier concernant la réconciliation nationale, on a vu les assises nationales de vérité et de pardon dont le rapport vient d'être déposé, qui comprend pour l'essentiel 45 recommandations touchant presque tous les aspects de la nation.

On pense aussi que beaucoup de chantiers qui étaient dormants ou qui étaient abandonnés ou étaient au ralenti surtout en matière d'infrastructures, se sont accélérés. Il faut voir les routes Conakry-Kindia, Kindia-Mamou. Il faut voir les échanges à la rentrée de Conakry, de Dubréka, de Coyah. Beaucoup d'autres chantiers à l'intérieur de la ville de Conakry qui étaient presqu'à l'abandon se sont accélérés.

Au niveau politique, le dialogue a été sollicité. Un cadre a été offert (...).  Il faut aussi féliciter le CNRD d'avoir libéré beaucoup de nos camarades qui étaient en prison avant le 05 septembre. Il faut féliciter le CNRD d'avoir permis à certains partis politiques d'accéder à leurs sièges et d'avoir permis aux leaders politiques que nous sommes, chacun de sortir pour aller se traiter ailleurs même si cela est un exercice qui traduit une certaine honte nationale ».

A l'opposé du président du BL qui a tressé des couronnes au chef de la junte et au CNRD, Dr Édouard Zoutomou Kpogomou président de l'Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès (UDRP) et membre de l'ANAD a descendu en flamme la gestion du CNRD. A l'en croire, le bilan du Colonel Mamadi Doumbouya est insatisfaisant. Ce, en dépit de la bonne volonté affichée aux premières heures de son avènement au pouvoir. 

La confiance s’est complètement effritée

« Le bilan du CNRD n'est pas reluisant. Pas du tout. Le CNRD est venu avec de très bonnes ambitions que tout le monde a embrassées dès le départ. Mais par la suite, justement on dirait que ces ambitions-là se sont embourbées à mi-parcours. Et, toutes les promesses qui avaient été faites n'ont même pas commencé à être tenues. Ce sont les mêmes erreurs qu'on disait qu'on veut éviter qu'on a récidivées et de plein fouet d'ailleurs. Toujours est-il qu'il y a cette atmosphère d'intimidation, des procédures extrajudiciaires qui continuent et il y a le fait qu'on cherche à museler tout ce qui est contraire aux aspirations cachées. Et, dans ces conditions-là, il ne peut y avoir de confiance. C'est ce qui fait à ce niveau, la confiance s'est complètement effritée et nous sommes maintenant en train de chercher un cadre de dialogue qui a été demandé dès le départ ».

Un bilan complètement négatif

Saloum Cissé, le Secrétaire Général du RPG arc-en-ciel, ancien parti au Pouvoir, a abondé dans le même sens martelant que le bilan de la junte est négatif. « Pour nous le bilan du CNRD est complètement négatif », a-t-il martelé dimanche au micro d’un journaliste d’Africaguinee.com, appelant les forces vives à se mobiliser pour protester contre la non-tenue des engagements initiaux de la junte.

Les choses se sont aggravées…

Pour Cellou Dalein Diallo, aujourd’hui la Guinée vit une situation pire que celle héritée du régime déchu. A l’en croire, les choses se sont aggravées d’où la nécessité de poursuivre la lutte contre le système pour l’avènement d’un pays démocratique.

« Comment expliquer qu’après la chute de Alpha Condé, on puisse revenir dans une situation pire, plus compliquée, pour reprendre les mêmes pratiques ? On tue impunément. Nous sommes déjà neuf morts pendant des manifestations. Quand la junte avait annoncé qu’elle mettait fin à l’instrumentalisation de la Justice, au disfonctionnement des institutions, au piétinement des droits et libertés des citoyens, aujourd’hui, où on en est ? Quelle est réalité ? Qu’est-ce qui a changé ? Les choses se sont souvent aggravées », a fustigé le leader de l’UFDG s’exprimant l’Allemagne.

A suivre…

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Lundi 05 septembre 2022 à 3:49