Crime à Koloma : Confusion sur les circonstances de la mort de Mouctar Diallo…

Conakry

CONAKRY-Mouctar Diallo, jeune doctorant en médecine, est mort samedi 3 septembre en marge des échauffourées entre forces de l'ordre et jeunes à Koloma "carrefour cirage". Les causes de sa mort n'ont toujours pas été déterminées. Son corps a été admis dans une clinique privée de la capitale pour des fins d'autopsie. 

Hier soir après son décès, des témoins ont indiqué que le jeune a été tué par balle. Ce que dément, la famille du défunt, mais pour l'heure, les résultats du rapport d'autopsie ne sont pas disponibles. 

A Sonfonia T7, secteur Kokoma "Tapi Bleu" chez la famille mortuaire, les proches du défunt deplorent la mort de leur fils dans des conditions floues. Ibrahima Kalil Diallo, est l'un des cousins du défunt. 

"C'est hier que j'ai appris la mort de mon cousin à travers les réseaux sociaux. Les premières informations disaient qu'il a été tué par balle. Ce matin, la personne qui a vu son corps nous a dit qu'il n'y a pas de trace de balle. Pour le moment, nous attendons les conclusions du rapport médico-légal du médecin compétent pour pouvoir dire officiellement de quoi il est mort", a-t-il déclaré. 

Mouctar Diallo revenait d'une course personnelle sur sa moto lorsqu'il s'est retrouvé dans ces échauffourées, précise notre interlocuteur.

" C'était aux environs de 19heures. Quand il s'est retrouvé dans cette situation, ils ont voulu retirer son téléphone mais il a refusé. Maintenant avec les altercations entre eux, ça fini par une bousculade et il est mort. Il avait une moto KTM, casque noir, son sac à dos dans lequel il avait son ordinateur, son téléphone tous ces objets n'ont pas été retrouvés. Nous attendons l'autopsie qui sera réalisée lundi pour nous prononcer de façon officielle", a-t-il ajouté.

Après sa mort, le corps de Mouctar Diallo a été transporté à la polyclinique internationale Institut médico-légal (PIIMEL). Nous nous sommes rendus sur les lieux pour avoir les précisions des médecins légistes. Un des professionnels de ladite clinique interrogé, a déclaré ceci :

" Pour le moment, c'est une procédure judiciaire qui est enclenchée. Ce matin, la clinique était inondée du monde. Les parents de la victime étaient là. Mais comme c'est une procédure médico-judiciaire, toutes les étapes de l'instruction sont gardées secrètes. C'est l'instruction qu'on a reçue du procureur de la République afin d'examiner le corps de cet individu qui est mort", a expliqué une source médicale rencontrée à la polyclinique internationale Institut médico-légal (PIIMEL).

Originaire du district de Tassiliman, sous-préfecture de Norassoba, dans Siguiri, Feu Mouctar Diallo était médecin. Il faisait le stage dans des structures de santé publique à Ratoma. C'était pour lui permettre de de finaliser sa thèse et soutenir cette année. Son cousin déplore ce qui est arrivé et ajoute que la famille va réclamer justice. 

" C'est une grande perte pour nous. Le jeune avait l'ambition de devenir docteur, parce que pour la grande famille, après son papa qui était médecin (Docteur) ça serait le deuxième. Il y a un autre qui a soutenu en 2021, on espérait le voir aussi soutenir et devenir le deuxième jeune docteur. Alors que toute la famille avait cet espoir, voilà maintenant qu'il nous a été arraché à la fleur de l'âge dans des conditions que personne n'a souhaité. C'est pourquoi nous réclamons justice", a lancé Ibrahima Kalil Diallo. 

A suivre...

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 664 72 76 28

Créé le Dimanche 04 septembre 2022 à 21:40