Macenta : le pire évité de justesse à cause d’une…"fausse rumeur"

Guinée forestière
Image d'archive
Image d'archive

MACENTA-Un incident impliquant des gendarmes et un chauffeur de taxi a failli plonger la ville de Macenta, dans des violences. Des agents postés à Passima, village situé à la sortie de la préfecture de Macenta auraient sommé un chauffeur qui transportaient des produits prohibés de s’arrêter à leur poste de contrôle. Mais le chauffeur en question a refusé d’obtempérer aux injonctions des agents. S’engagent alors une course-poursuite.

Après l’arrestation du conducteur, celui aurait été battu par les agents jusqu'à ce qu'il perde conscience (ce que démentent totalement les autorités administratives et sécuritaires). Dans cette confusion, une rumeur s’est propagée dans la ville, selon laquelle, des agents auraient battu à « mort » le chauffeur. Aussitôt, certains citoyens se sont attaqués à cordon douanier et incendié une moto. Les faits se sont déroulés 24 août dernier. Joint par Africaguinee.com, Mamadi Keita qui dit avoir vécu les faits raconte.

"J’étais de passage quand je suis tombé à pic sur cet incident. Les faits se sont déroulés à Fassima, le premier village après Macenta en allant vers Conakry. Je suis venu trouver le chauffeur dans le coma après avoir été bastonné par les gendarmes. A côté, il y avait un véhicule stationné avec des passagers. J'ai demandé ce qui se passait, les gendarmes m'ont dit que le chauffeur du véhicule a refusé de s'arrêter. C'est pourquoi ils l'ont pourchassé pour le faire garer. Mais j’ai constaté que les pneus du véhicule étaient dégonflés (…).  Je leur ai dit que si un véhicule refuse d'obtempérer, il faut appeler Guéckedou pour alerter les agents.

Ils m’ont répondu qu'il y'avait des médicaments prohibés dans le véhicule et qu'ils ont été alertés depuis Nzérékoré pour arrêter le véhicule. Ils m'ont assuré que le chauffeur n'a rien alors qu’il était couché par terre.

N’étant pas rassuré, j'ai dit que je vais appeler le numéro vert de la gendarmerie nationale. C'est ainsi qu’un gendarme est venu vers moi me prendre pour dire tant que tu n'appelles pas, je ne vais pas te laisser. C'est ainsi j'ai cherché le numéro de son patron, j’ai appelé ce dernier qui est venu chercher le chauffeur. Il a été admis à l'hôpital préfectoral de Macenta. C'est là-bas que le préfet est venu à son chevet. Mais la victime a fait deux jours sans manger", nous a confié Mamady Keita, qui dit avoir vécu les faits.

Interpellé suite à ces accusations, la première autorité de Macenta a démenti l'information. Selon le préfet, la victime faisait semblant d'être dans un état d'inconscience. Il a également ajouté que le véhicule transportait de la drogue. Cet incident avait failli créer de la tension à Macenta où une moto a été incendiée ce jour, le local de la douane attaqué.

« Le monsieur en question transportait de la drogue. Donc, quand ils ont tenté de l'arrêter il a refusé. C'est comme ça que la douane ainsi que l'équipe de la gendarmerie l’ont suivi pour l'arrêter. Il a forcé la situation jusqu'à ce que son pneu se crève. Il a même voulu dévier la route. Quand ils l'ont interpellé, ils ne l'ont pas frappé. Mais il y a un de ces amis qui lui disait de faire comme s’il était dans le coma. C'est comme ça qu’il s'est mis à terre et a fait semblant d’être dans un état de perte de conscience.

Donc, moi j'ai déplacé l'ambulance, le soi-disant malade a été transporté à l'hôpital préfectoral mais il s'est avéré qu'il n'avait rien. Et cet incident a failli créer de la tension à Macenta. Certains citoyens s'étaient attaqués à la douane, une moto a été incendiée. L’argument invoqué, c’était que les agents ont soi-disant tué le jeune chauffeur. C'est ainsi que je leur ai dit que le jeune n'est pas décédé et qu'il n'avait rien. C’est ce qui a calmé la situation », nous a témoigné Colonel Ousmane Diallo, préfet de Macenta.

Interpelée sur ces faits, une source sécuritaire a précisé que le véhicule transportait du tramadol et de la drogue. « Quand les agents ont voulu interpeller le chauffeur, il n'a pas obtempéré. C'est pourquoi il a été poursuivi. Et quand on l’a arrêté, le chauffeur a voulu fuir pour rentrer en brousse. Dans sa fuite, il est tombé. Un de ses amis lui a dit de ne plus se relever, de faire comme s’il a perdu conscience. Nous avons même les résultats du médecin légiste qui prouve qu'il n'avait absolument rien", rassure une source sécuritaire.

A suivre...

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Samedi 03 septembre 2022 à 19:39