Contrôle des partis politiques : les émissaires de la junte toujours invisibles sur le terrain...

Guinée

CONAKRY-Le 10 août 2022, le Ministère de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) avait annoncé le déploiement d’une mission aux sièges des partis politiques pour s’assurer qu’ils fonctionnent conformément à la Loi.

Les émissaires du MATD devaient entamer leur mission le 16 août. Des travaux qui vont s’étendre jusqu’au 15 septembre 2022. Des outils de travail parviendront aux responsables des partis politiques avant l’arrivée de ladite mission, avait annoncé le ministre Mory Condé.

Sauf que depuis le jour de la diffusion de ce communiqué jusqu'à ce mardi, 23 août 2022, plusieurs acteurs politiques interrogés par Africaguinee.com disent n’avoir reçu aucune notification, venant du MATD, annonçant la date de l’arrivée de la mission.

« Le parti UDRG dont je suis le président n'a reçu, aucun courrier, ni appel. On attend parce que, ce sont eux qui ont pris l'initiative. Ils ont dit, qu'ils vont nous envoyer des documents mais jusqu'à présent nous n'avons rien reçu », a confié Bah Oury, président de l'Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG).

Même son de cloche chez Pépé Francis Haba, président de l'Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD). Selon ce membre de l'ANAD, même s'ils n'ont rien reçu jusqu'à présent, au moment venu, ils feront tout pour empêcher que cette mission annoncée du MATD dans les sièges des partis ne soit un stratagème pour écarter certains partis de la course aux futures élections.

« On n'a reçu aucun programme, ni de note d'information, rien. La démarche est normale. Nous, partis politiques, sommes restés à l'abandon pendant une dizaine d'années. Le ministère de tutelle n'a pas effectué son travail régalien. Ils n'ont pas suivi les partis politiques, leur fonctionnement. Donc on a salué le communiqué disant qu'ils vont finalement commencer ce qu'ils devraient faire depuis longtemps. Ce que nous n'allons pas tolérer, ce qu'il y ait un agenda caché derrière cette mission.

Nous maîtrisons la charte des partis politiques qui est la loi qui régit le fonctionnement des partis politiques. Nous savons quelles sont nos obligations, quelles sont nos limites et nous savons aussi dans quelles conditions, le ministre de l'Administration du territoire peut retirer l'agrément d'un parti politique. Nous sommes sereins», a déclaré Pépé Francis Haba qui prône le respect scrupuleux des textes de loi.

A l'image de ses prédécesseurs, Dr Faya Millimono président du Bloc Libéral n'a jusque-là reçu aucun courrier du MATD. Toutefois, le leader politique approuve la démarche qui pourrait permettre de faire la part des choses entre les partis politiques dont le nombre pose problème aux yeux de plusieurs observateurs.

« Nous sommes en attente. C'est une démarche qui entre dans les prérogatives du MATD c'est-à-dire que, c'est des entités qui ont été autorisées et donc qui sont encadrées par des lois. En tant qu'entités encadrées par des lois, de temps en temps, on peut s'assurer que vous fonctionnez conformément à la loi. En Guinée, on dit que le parti n'est pas censé être formé sur la base de l'ethnie, ni sur la base de la région, de la religion. Mais est-ce que c'est la réalité sur le terrain ? Est-ce qu'on peut avoir un parti politique qui n'a d'existence que dans un quartier de Kaloum ?

Je crois que c'est des questions qui méritent d'être posées parce qu'on est en train de se poser beaucoup de questions actuellement. Il y a des citoyens ordinaires qui disent qu'il y a trop de partis. J'ai entendu à une rencontre à Mohamed V, le Kountigui de la Basse Côte qui a dit en bon Soussou qu'il y a trop de partis. Donc c'est quand-même une question qui est en train de prendre de la place. Le premier travail qui peut être fait, c'est d'abord chercher à comprendre ce qui existe. Je vois le problème sous cet angle », a-t-il soutenu.

A suivre...

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Mardi 23 août 2022 à 18:40