Qui a "tué" Ibrahim et Oumar Barry ? Le FNDC "dissous" répond au CNRD…

Guinée
Ibrahima Diallo, Foniké Mengué et Sékou Koundouno, image d'archive
Ibrahima Diallo, Foniké Mengué et Sékou Koundouno, image d'archive

CONAKRY-Alors que la mort de deux adolescents mercredi 17 août à Conakry continue de susciter un tollé, le colonel Amara Camara, a soutenu ce vendredi 19 août 2022 que les allégations faisant état de coups de feu tirés à partir du cortège présidentiel (de passage non loin des lieux des crimes) sont « fausses et infondées ».

Cette sortie du porte-parole de la Présidence guinéenne a rallumé la flamme de la controverse sur les circonstances de ces décès. A l’origine des manifestations en marge desquelles les deux jeunes ont été tués, le FNDC (front national pour la défense de la constitution) dissous début août, a aussitôt réagi.

« La gravité de la situation après le passage du cortège du Colonel Mamadi Doumbouya sur l’axe est telle que le CNRD se voit dans l’obligation de rendre des comptes à l’opinion publique nationale et internationale en s’embourbant dans des justifications qui non seulement achèvent de l’incriminer mais qui opposent aussi et surtout le Groupement des Forces Spéciales aux forces de sécurité. Les premières agissant avec éthique tandis que les secondes étant potentiellement auteures des exactions ainsi perpétrées », a réagi le FNDC.

Lire aussi-Amara Camara : "Les rumeurs faisant état de coups de feu tirés à partir du cortège présidentiel sont fausses et infondées…"

Le mouvement citoyen dissous mais dirigé par Oumar Sylla Foniké Mengué incarcéré depuis le 1er août 2022, pointe du doigt ce qu’il qualifie de « contre-vérités » du Secrétaire Général de la Présidence. Des contrevérités selon lesquelles, explique le FNDC, le maintien d’ordre est assuré par les services de sécurité alors que, selon lui, depuis le 28 juillet dernier, les troupes d’unités d’élite de l’armée guinéenne, à savoir le Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA) et le Groupement d’Intervention Rapide (GIR) sont visibles dans tous les carrefours et/ou points que le CNRD et son gouvernement qualifient de névralgiques. 

« Que dire enfin du mépris du CNRD vis-à-vis des familles endeuillées et du peuple de Guinée à qui il n’est nullement jugé nécessaire de présenter les condoléances de convenance ? (…) Les Guinéens s’interrogent sur les prétendues sollicitations de rencontres prévues dans l’agenda présidentiel et sur l’opportunité d’un tel déplacement sur l’axe si ce n’est pour narguer le peuple, le même dont il tire sa légitimité, désormais enterrée sous les décombres de son arrogance », réplique le FNDC.

Les autorités de la Transition assurent que toute la lumière sera faite sur les cas d'incidents signalés ainsi que sur les violations des lois de la république qui en ont résulté. Mais pour le FNDC, il urge de retrouver dans les rangs de la garde présidentielle les auteurs des tirs à balles réelles sur ces deux jeunes et les victimes du 28 et 29 juillet.

Appel à la rupture de la coopération avec la Junte

Appelant à l’ouverture d’enquêtes indépendantes et impartiales sous l’égide des Nations unies afin de retrouver les auteurs et commanditaires des différents assassinats, le FNDC exhorte tous les pays ayant repris leur coopération militaire avec la junte à mettre fin à ladite coopération sans quoi « ils seront considérés comme complices des tueries et exactions perpétrées par la junte au pouvoir ».

A suivre…

Africaguinee.com

Créé le Samedi 20 août 2022 à 4:13