Conflits à relent communautaire à Dalaba : Fusillade, prise d’otage, heurts à la machette…le pire est à craindre

Dalaba

DALABA-Le conflit qui oppose les districts Djinkoya (Kourou) et Ketiguiya (Mafara) prend des proportions très inquiétantes. Le pire risque d’arriver alors que les deux belligérants s’affrontement désormais par armes blanches et des fusils de chasses. Constat avec l’envoyé spécial d’Africaguinee.com.

Ce jeudi 18 août 2022, plusieurs personnes ont encore été blessées par balles et des boules de lance pierre dans un nouvel affrontement opposant les deux districts. Certains blessés graves ont été évacués à Mamou, d'autres à Kindia et Conakry.

C’est dans ce contexte très tendu, après l’échec de la médiation entamée par le Préfet de Dalaba, le Gouverneur de la région de Mamou a décidé de se rendre sur les lieux pour tenter de désamorcer la crise. Aly Badara Camara a rencontré toutes les parties pour les sensibiliser afin qu’elles reviennent à des meilleurs sentiments, en s’acceptant. De 15h à 22h 30, il s’adressait aux protagonistes mais apparemment qui ne veulent rien comprendre.

A Djinkoya, (Kourou) plusieurs habitants du village sont graves blessés et évacués sur Kindia et Conakry. Les jeunes de cette localité préparent des représailles. Pour eux, il faut coûte que coûte venger leurs proches blessés.

« Des passants sont venus au marché ici un jour, ils voulaient partir aux toilettes. On n’en avait pas ici. Ce jour, on a eu honte. On a décidé de construire des latrines ici. Quand on a fait ces constructions, les habitants du district de Ketiguiya sont venus démolir. Ils disent que nous devons leur adresser un message de prêt à travers des colas. On a dit que nous ne pouvons pas le faire. Car ces toilettes-là vont servir à tout le monde. Tout le problème, c’est parce qu’on a décidé de rejoindre la nouvelle sous-préfecture de Kourou.

Ils ont blessé plus de 30 de nos habitants à travers des balles, des billes de lance pierre, des coupe-coupes et couteux. Ils ont atteint deux de nos jeunes au niveau des yeux. Ces gens-là ont été évacués. Ils ont pris un de nos jeunes en otage. On partira le chercher advienne que pourra. Moi, on m’a blessé à la tête avec un cailloux. Vous avez vu nos mamans ? Elles sont toutes blessées », a déclaré une des victimes de Djinkoya. 

A Ketiguiya, c’est le même message de défiance et de va-t-en-guerre. Des blessés par balles et autres ont été également enregistrés. Ils se réclament être les propriétaires terriens. Pour eux, il est hors de question de céder un lopin de terre à un district qui a déjà quitté leur sous-préfecture (Mafara). Ils menacent de détruire toutes les constructions faites sur leur terre.

« Ils veulent se rallier à Kourou et occuper des terres à Mafara. Ce n’est pas possible. C’est nous qui les avons hébergés ici. Ils ont blessé nos parents. Donc, on ne va pas laisser ça. Ici, tous les jeunes sont sortis. C’est pourquoi, nous qui sommes proche d’ici, on a jugé nécessaire de venir les aider. Moi, j’étais arrêter là vers 12heures, quelqu’un a tiré sur moi. Les balles m’ont atteint au niveau du dos, de l’épaule et à la main. J’ai été au centre de santé, ils ont enlevé certaines balles. D’autres sont restées dedans. Ils ont pris certains de nos parents en otage qu’ils ont maltraité chez eux.  Celui que nous avons pris avait un fusil avec lui. On l’a attaché et on le détient pour le moment. Demain, on ira enlever les latrines qu’ils ont construit et on va voir qui va nous en empêcher », a indiqué un des jeunes de Ketiguiya.

Le procureur du tribunal de première instance de Mamou présent sur les lieux, a annoncé avoir constaté les faits. Il indique que des dispositions seront prises.

« Nous sommes informés. On a nous-même constaté les faits. Tout ce que nous demandons à ces populations, c’est de s’accepter et de faire confiance en la justice. A partir du moment où nous avons reçu une plainte du parquet général, nous allons nous mettre à la tâche pour faire la lumière sur cette affaire. Justice sera rendue. Le jeune qui a été mis à notre disposition détenait une arme et 13 balles. Nous allons le mettre à la disposition de la brigade de recherche pour les enquêtes », a confié M. Souleymane Kouyaté.

Ce conflit à relent communautaire tire son origine suite à l’érection de Kourou en sous-préfecture sous le règne du défunt régime d’Alpha Condé. Le pire risque d’arriver alors qu’aucune perspective de solution ne pointe à l’horizon. Selon des informations recueillies sur place, plusieurs fils ressortissants des deux districts ont quitté Conakry voire d’autres villes du pays pour rentrer afin d’appuyer ceux qui sont sur place.

De retour de Kourou et Djinkoya

Habib Samaké, correspondant régional d’Africaguinee.com

Créé le Vendredi 19 août 2022 à 15:01

TAGS