Manifestation du 17 août : le bilan s’alourdit, les organisateurs dénoncent une "répression sauvage"

Guinée
Un véhicule du du BATA (bataillon autonome des troupes aéroportées) posté à Koloma ce mercredi 17 août, jour de manifestations
Un véhicule du du BATA (bataillon autonome des troupes aéroportées) posté à Koloma ce mercredi 17 août, jour de manifestations

CONAKRY-Le bilan de la répression des manifestations appelées ce mercredi 17 août 2022 s’est alourdi, selon les organisateurs qui dénoncent une « répression sauvage » ayant coûté la vie à deux personnes.

Selon le Front National pour la défense de la Constitution, mouvement hétéroclite composé de -partis politiques, d’organisations de la société civile-, mais dissous par la junte début août, une vingtaine de personnes ont aussi été blessées par balle.

« Nous déplorons à date, la mort (…) de Ibrahima Baldé et Alpha Oumar Barry, sauvagement assassinés après ‘’la parade méprisante” du chef de la junte dans la ville de Conakry, par les bras meurtriers du CNRD. Nous présentons nos sincères condoléances aux familles éplorées et prions pour le repos des âmes des jeunes injustement assassinés par un terrorisme d’État imposé par la nébuleuse CNRD », a indiqué le mouvement dissous par les autorités de la transition qui ont aussi interdit les manifestations dans le pays depuis le mois de mai dernier.

Le FNDC déplore également une vingtaine de personnes blessées, selon lui, par des tirs à balles réelles dont certaines se trouvent dans des états comateux et de nombreuses arrestations des paisibles citoyens à domicile.

Le front qui s’était opposé au troisième mandat d’Alpha Condé jusqu’à sa chute le 05 septembre 2021, dénonce les actes de « vandalisme, de pillage et d’incursion perpétrés », selon le FNDC, par les forces de défense et de sécurité dans le Grand Conakry, à Dalaba et à Labé.

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 18 août 2022 à 9:41