Manifestations du FNDC : Nos constats à Kankan, Boké, Labé... N’Zérékoré, Kindia

Guinée
Des véhicules de la police et de la gendarmerie postés à Kankan
Des véhicules de la police et de la gendarmerie postés à Kankan

En Guinée, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) mouvement dissous par les autorités de la transition, appelle à une manifestation sur toute l'étendue du territoire ce mercredi 17 août 2022. L’objectif principal est d’exiger un dialogue avec la junte et la libération des détenus. Mais cette manifestation est interdite. Comment le mot d’ordre est-il suivi dans les grandes villes de l’intérieur du pays ? Africaguinee.com dresse un premier constat.

A Kankan l’appel du FNDC ignoré…

A Kankan, capitale de la Haute Guinée, l’appel à manifester du FNDC n'a pas été suivi dans cette agglomération de la savane guinéenne. Les citoyens vaquent librement à leurs occupations. La circulation est normale dans les différentes artères de la commune urbaine, les stations-services fonctionnent comme d'habitude. Dans les différents marchés, c’est cohue habituelle. Il faut cependant noter qu’un important dispositif sécuritaire a été déployé sur certains axes routiers de la ville. Au rond-point Komarala loisir, plusieurs pickups des agents des forces de l’ordre sont stationnés.

Aucun attroupement à Boké

Dans la ville minière de Boké, le constat est presque le même. La mobilisation appelée le Front national pour la défense de la constitution ce Mercredi 17 AOÛT 2022, n’a pas eu un impact.  Pour l’heure, aucun manifestant n’est visible dans les rues. Du quartier Wakrya situé à plus de 3 kilomètres de la rentrée de Boké, en passant par YOMBOYA, LAMBANGNI, BARALANDE jusqu’au centre-ville, partout le constat reste le même. L'administration publique, les marchés et banques fonctionnent. L’activité minière n’a pas été impactée. Aucun signe de tension n’est palpable sur le terrain.

Kindia, les autorités disent niet…

Dans la région de Kindia, la manifestation du FNDC a été interdite par les autorités administratives. Ce mercredi 17 aout 2022, les activités ne sont pas paralysées, les citoyens vaquent librement comme d’habitude à leurs affaires. Aucun dispositif sécuritaire exceptionnel n’est visible dans la ville et ses périphéries. A la veille de cette manifestation, le Gouverneur de la région, Elhadj ibrahima Kalil Condé avait appelé à une réunion d’urgence réitérant l’interdiction de tout rassemblement dans sa zone d’autorité.

A Nzérékoré, l’appel du FNDC boudé…

La manifestation projetée par le front national pour la défense de la constitution récemment dissout par le ministre de l'administration du territoire et de la décentralisation n'a pas été respectée à Nzérékoré ce mercredi 17 août 2022, jour du marché hebdomadaire de la capitale forestière. Le marché est bondé de monde, la circulation est normale comme d'habitude. Cependant, l'on constate la présence des pickups de la police et de la gendarmerie dans certains points stratégiques de la ville. C'est le cas à la base des sapeurs-pompiers sise à la scierie dans le quartier Mohomou, non loin du siège de l'UFDG où un pick-up de la police anti-émeute est stationné. Même constat devant l'école primaire Mamadou Konaté, juste en face du Camp militaire Behanzin, où un pick-up de la gendarmerie est présent. En face de l'hôpital régional de Nzérékoré tout comme au grand rond-point du grand marché de Nzérékoré, on trouve également à chaque endroit un pick-up de la gendarmerie.

Mamou à l’allure de ville morte…

La manifestation appelée par le FNDC a paralysé les activités dans la ville carrefour ce mercredi 17 août 2022. Bien que la coordination régionale du front n’ait fait aucune déclaration concernant cette mobilisation, les citoyens restent tout de même hésitants. Boutiques et magasins sont restés fermés dans la grande majorité tout comme les banques. Toutefois, quelques stations-services restent ouvertes. La circulation est très fluide et des pickups des forces de défense et de sécurité -gendarmes, policiers et militaires- sont pointés dans tous les grands axes notamment à Petel et Madina Scierie, des quartiers réputés chauds pendant les manifestations.

Labé sous tension

Dans la ville de Labé sous tension, on signale déjà quelques heurts entre manifestants et forces de l’ordre. Au rond-point Bilaly, des cas d’arrestations ont été enregistrés alors que des jeunes ont brûlé des pneus à certains endroits, apprend-on. Toutefois, les activités sont complètement paralysées. Le marché central est fermé, la circulation perturbée. Des véhicules de la police, de la gendarmerie sont visibles çà et là, au niveau des grands carrefours de la ville.

La Rédaction avec la coordination des correspondants

Créé le Mercredi 17 août 2022 à 14:07