Psychose à Denghen : "On n’arrive plus à dormir depuis la reprise des grondements…", témoigne Aissatou Bah

Mali Yembéring
Image d'archive
Image d'archive

MALI-Le district de Denghen située dans la sous-préfecture de Salanbandè, préfecture de Mali Yembering, renoue avec les grondements de terre. Un phénomène mystérieux connu du village et ses voisins. Il y a 2 ans, Denghen avait vécu une situation infernale similaire rythmée par de puissants grondements.  

Ce qui avait poussé certaines familles à fuir leurs habitations et trouver refuge ailleurs en plein mois de ramadan. Depuis le 7 Aout 2022, le phénomène a repris, avec des cadences de plus en plus fréquentes. La peur gagne les populations alors que cette fois-ci, le phénomène intervient en pleine saison pluvieuse. Conséquences, les travaux champêtres sont perturbés. La psychose s’installe, les habitants de Denghen se demandent à quel saint se vouer. Aissatou Bah, 42 ans et mère de famille témoigne.

Lire aussi-Denghen/Mali: les habitants fuient le village suite à un nouveau tremblement de la terre…

« De la soirée du dimanche jusqu’au mardi, les gens n’ont pas dormi dans ce village. Quand ça gronde ; vous oubliez où est-ce que vous êtes. C’est le branle-bas total. Tout le monde se mélange, les animaux poussent des cris…c’est pour vous décrire la situation. Nous n’avons plus le sommeil ici, même en 2020 on n’avait pas eu autant peur. Cette année c’est pire. Tard la nuit quand les grondements reprennent, les gens sortent de leurs habitations en fuyant. Vous verrez tous les villageois dehors surtout les femmes, nous ne savons plus quoi faire en réalité, c’est inquiétant », témoigne cette mère.

Thierno Mamadou Maladho Bah l’un des doyens du district est apeuré. Il décrit une situation inédite.  « Vous ne pouvez pas imaginer ce que nous vivons ici depuis la reprise des grondements. Il y a une légère accalmie depuis hier, mais tout le monde sait que tout peut reprendre d’un moment à l’autre. Pour le moment, il n’y a pas de déplacés, mais les maisons se fissurent. J’ai constaté à la mosquée que des fissures commencent à se former. Ce sont de puissantes détonations. Quand ça commence, les maisons vibrent parfois. Les vibrations peuvent être ressenties à des kilomètres de chez nous.  Les autorités devraient être en mesure de comprendre ce qui se passe parce que ce n’est pas la première fois, à tout moment ça répète », explique le septuagénaire, qui se tourne vers la providence, priant Dieu de faire cesser ces grondements.

Lire aussi-Immersion à Deghen, épicentre des grondements de la terre ressentis à Mali…

Le maire de la commune rurale de Salanbandè, Ibrahima Sory Diallo reste confus. Il dit ne pas comprendre l’origine de ces phénomène naturels. Il explique toutefois avoir constaté la baisse des eaux dans les puits et l’assèchement des certains grands arbres dans les parages du village de Denghen, épicentre des grondements.

« La situation est confuse. Les uns parlent de tremblement de terre d’autres évoquent des grondements de sol. La deuxième hypothèse semble plus plausible. Le tremblement est un remuement brusque de la terre sur périmètre donné, mais ici c’est un grondement. Quand le bruit survient, vous pouvez l’entendre à 15 voire 20km de son épicentre de Denghen. Salambandé centre est à 17km, mais nous ressentons le bruit ici, d’autres villages voisins ressentent la même chose. Vous étiez là il y a un peu plus de 2 ans quand nous étions très éprouvés, cette fois encore la même chose a repris de plus belle. Avant, c’est en saison sèche que le grondement survient, mais cette fois c’est en pleine période des grandes pluies, le 7 Aout précisément. Les populations sont apeurées.

Ce qui est curieux, nous sommes en plein saison pluvieuse mais les puits ont baissé en eau. Pourtant au début de la saison des pluies, même avec une calebasse tu pouvais tirer l’eau du puits tellement que c’est rempli. Présentement il n’y a rien de tout ça, l’eau se fait rare aux puits depuis la reprise des grondements. Dans certaines parties du village également des gros arbres se sont asséchés comme ça. Normalement en saison pluvieuse, ces arbres ont des feuillages. Chacun y va de son commentaire. En pleine saison des pluies, un arbre centenaire ou cinquantenaire ne meurt pas comme ça. De surcroit, ce n'est pas un seul mais plusieurs arbres. Tout cela accentue la psychose des populations », décrit le maire de Salanbandè, Ibrahima Sory Diallo.

En 2019, une mission du ministère des mines et de la géologie a séjourné dans le village pour mener des recherches sur les causes de ces grondements. Le rapport de l’équipe des géologues consulté par Africaguinee.com, indiquait que ces grondements étaient dus au fait que le village est bâti sur une grotte très vaste, ayant au moins 9 cavités. Avant cette étude, des idées reçues indiquaient que l’origine des grondements étaient liée au changement du nom du village Denghen devenu Madina Touba.

Alpha Ousmane Bah (AOB)

Pour Africaguinee.com

Tel : (+ 224) 664 93 45 45

Créé le Samedi 13 août 2022 à 16:03