Marche du 28 juillet : La "mauvaise surprise" qui attend le CNRD en cas d’interdiction...

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne et des hauts dirigeants de la junte dont Amara Camara à l'extrême gauche
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne et des hauts dirigeants de la junte dont Amara Camara à l'extrême gauche

CONAKRY- Où en est-on dans les préparatifs de la marche du 28 juillet 2022 ? Le FNDC est-il prêt à reculer en cas d’interdiction de cette manifestation ? Que comptent faire Foniké Mengué et ses camarades ?

A 48h de cette protestation (la première depuis l’arrivée de Mamadi Doumbouya au pouvoir le 05 septembre 2021), les responsables de ce mouvement citoyen assurent que les préparatifs sont quasiment bouclés. Interrogé par notre rédaction, le responsable des -antennes, mobilisation et actions- du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), a annoncé que toutes les démarches administratives ont déjà été faites. 

"A date nous avons déjà déposé les courriers dans toutes municipalités qui seront traversées par notre itinéraire notamment -Matoto, Matam, Kaloum- et nous avons les décharges. Nos antennes sont mobilisées, nous attendons de pieds fermes la date du 28 juillet 2022 pour prouver au CNRD que la légitimité appartient au peuple souverain de Guinée. S'ils doivent diriger, ils sont obligés d'accepter la présence des forces politiques et sociales du pays", a annoncé Billo Bah.

En cas d’interdiction (ce qui est probable) de la marche du 28 juillet, le FNDC compte réserver une très -mauvaise surprise- à la junte. Le mouvement citoyen qui exige un retour rapide à l’ordre constitutionnel n’exclut pas d’appeler à des marches éclatées. C’est-à-dire, demander à chaque citoyen de manifester là où il se trouve. Ce qui risque de compliquer davantage le maintien d’ordre. Le FNDC avait auparavant appeler à ce type de manifestations au temps d’Alpha Condé alors qu’il s’opposait au troisième mandat.

"Aucune disposition légale ne permet aux autorités de priver les citoyens de leurs droits constitutionnels. Si tel est le cas, puisque nous ne sommes pas de nature à nous plier à des injonctions qui sont illégales, -s'ils nous permettent de marcher librement à travers un itinéraire qu'on va suivre, on va respecter cela à la lettre en conformité stricte de la loi-, mais s'ils nous refusent cela, dans ce cas nous serons dans l'obligation de demander aux citoyens, que chacun manifeste d’où qu'il soit pour se faire entendre, parce que c'est un droit", a averti Mamadou Billo Bah.

Ce dirigeant du FNDC assure que toutes les précautions nécessaires sont prises à leur niveau pour éviter des violences. "Nous avons déjà élaboré des visuels dans lesquels nous avons mentionné le guide du marcheur. Jusqu'à preuve de contraire, à chaque fois que les marches n'ont pas été illégalement interdites, il n'y a pas eu d'échauffourées ni des bisbilles. Parce que nous sommes des hommes responsables, des combattants pro-démocratie, nous nous battons pour le respect des droits humains. Donc, on ne peut pas faillir à nos devoirs.

Nous estimons également qu'il est mentionné dans la charte de la transition qu'aucune situation exceptionnelle ne doit priver les citoyens de jouir pleinement de leurs droits. Donc nous pensons que du côté du CNRD qui actuellement dirige cette transition et qui a la responsabilité régalienne d'assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens, on fera tout pour s'acquitter de ce devoir", espère le responsable -antennes, mobilisation et actions- du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

Parlant du soutien annoncé du RPG arc en ciel, Billo Bah rappelle que le FNDC n'est pas dans la sélectivité. "Le FNDC ne mène pas un combat contre quelqu'un ni pour quelqu'un. Le FNDC mène un combat de principe et nous avons fait appel à tous les citoyens qui se reconnaissent à notre plate-forme revendicative de nous rejoindre. Donc nous sommes ouverts à tout monde, nous ne sommes pas dans la sélectivité et nous ne sommes contre personne", a-t-il précisé.

A suivre…

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : 00224 666 134 023 

Créé le Mardi 26 juillet 2022 à 9:41

TAGS