CNT : Ouverture de la plénière sur le débat d'orientation budgétaire 2023-2025

Guinée

CONAKRY-Le Conseil National de la Transition (CNT) a tenu ce samedi, 23 juillet 2022 une plénière entièrement consacrée au débat d'orientation budgétaire. Cette cérémonie présidée par Dr Dansa Kourouma a connu une mobilisation de taille des membres du Gouvernement avec à leur tête, Dr Bernard Goumou, Premier ministre par intérim et de plusieurs présidents des institutions républicaines. 

Le Gouvernement de transition à travers le ministère du Budget a présenté aux conseillers nationaux, le document de programmation pluriannuelle 2023- 2025. Les dépenses du budget de l'Etat sont projetées globalement à 127.701, 78 Mds dont 36 787, 36 Mds en 2023.

Dans son discours d'ouverture de la session plénière, Dr Dansa Kourouma, président du Conseil National de la Transition (CNT) a invité ses collègues conseillers nationaux à mettre en pratique les connaissances acquises récemment à la faveur de l'atelier de renforcement de capacités sur la maîtrise du processus budgétaire.

« Chers conseillers nationaux, cette session plénière du débat d'orientation budgétaire nous offre l'opportunité de mettre à profit les compétences et connaissances acquises lors de l'atelier de renforcement de capacités sur la connaissance du processus budgétaire en vue d'accomplir pleinement les missions que nous a prescrits l'article 57 de la Charte de la transition pour répondre efficacement aux attentes des citoyens sur toutes les questions budgétaires », a-t-il lancé.

Devant les conseillers nationaux et de nombreux invités, Dr Lancinè Condé, ministre de l'Economie, des Finances et du Plan a rappelé que le contexte économique mondial est marqué par la guerre russo-ukrainienne, les conséquences de la pandémie du Coronavirus ainsi que la hausse du prix du baril. En dépit de ces éléments qui ont fortement impacté l'économie mondiale, en Guinée soutient-il, les perspectives de croissance sont résilientes mais menacées par le contexte international.

« Elles (les perspectives, ndlr) sont projetées à 5,1% pour 2022 contre 4,9% en 2021. Sur la période du document de cadrage pluriannuel du budget 2023-2025, elles devraient se situer à 6,1% en moyenne annuelle soutenue par tous les secteurs économiques. Cette évolution s'expliquerait en partie par la réalisation des actions publiques prévues dans les différents documents de politique sectorielle ainsi que par la reprise de l'activité dans tous les secteurs suite à la fin de la pandémie espérée du Covid-19. La valeur ajoutée du secteur primaire devrait croître de 4,4% en 2022 contre 5,6 en 2021. De 2023 à 2026, elle augmenterait à un taux de 5,8%. Le taux de croissance du secteur secondaire atteindrait 7,5%.

C'est le principal pool dynamique de l'économie guinéenne en 2022 et à 6,1% en moyenne annuelle durant la période 2023-2026 soutenue par le secteur minier et les perspectives associées. La croissance du secteur tertiaire sera de 3,4% en 2022 et de 5,7% pour la période 2023- 2026. Cette perspective résulterait de la reprise des activités au niveau de tous les secteurs.

La fin de la pandémie et la réorganisation de la chambre de commerce contribueront à la relance du sous-secteur du commerce qui sera décisif par rapport à cette bonne perspective. L'inflation gardera sa tendance baissière. Le taux d'inflation en 2022 est projeté à 12,7% contre une moyenne annuelle de 9,8% en 2024 avant de se situer à 8% en 2026. Les réformes et l'assainissement du secteur monétaire soutiendront cette projection », a fait savoir Dr Lancinè Condé ministre de l'Economie, des Finances et du Plan. 

Pour sa part, en sa qualité de chef d'orchestre dans la mobilisation des recettes de l'État, Moussa Cissé ministre du Budget s'est dit satisfait de se soumettre à cet important exercice qui consiste à présenter la programmation budgétaire pluriannuelle 2023-2025. Ensuite, le ministre du Budget a affirmé aux conseillers nationaux que le document qui leur a été présenté contient un budget qui prend en compte les préoccupations de tous les Guinéens et des défis de développement.

En ce concerne les grandes orientations budgétaires contenues dans ce document, élaboré dans un souci de réalisme, Moussa Cissé ministre du Budget dira :

« Les dépenses du budget de l'Etat sont projetées globalement à 127.701, 78 Mds dont 36 787, 36 Mds en 2023. Leur taux d'accroissement annuel est projeté à hauteur de 16% sur la période 2023-2025. Le budget général projeté à 124 258, 67 Mds se décompose en dépenses courantes pour 52, 62% et les dépenses d'investissement pour 48,38%.

La structure du budget général et particulièrement celle des dépenses courantes sur la période est constituée à hauteur de 42% par les dépenses de transfert et 37% par des dépenses de personnel. Par rapport à 2022, le volume des dépenses courantes de 2023 baisse de 4,2% car l'investissement a été privilégié comme vecteur de la croissance de notre économie. Les dépenses d'investissement qui se chiffrent à 59 000 Mds sont financées à hauteur de 40, 85% sur ressources intérieures et s'accroissent de 41,74% en 2023 par rapport à 2022 atteignant ainsi 8,5% du PIB prévisionnel. Les projections se portent à hauteur de 12,2% en 2025», a expliqué Moussa Cissé.

Par ailleurs, le ministre du Budget s'est évertué à apporter des informations sur la répartition sectorielle des investissements.

« Les infrastructures bénéficient de 36,46% de l'enveloppe globale. Les allocations projetées en 2023 progressent de 41, 2% par rapport à 2022. La part du FINEX représente 58,70% du financement du secteur. L'administration générale bénéficie de 23,94% des allocations des dépenses d'investissements dont 62,24% de ressources intérieures. Le secteur mines-industrie-eau-énergie bénéficie de 18,04% des allocations en 2023 contre 8,9% en 2022. Les dépenses du secteur social représentent 11,66% du total des dépenses en 2023 », a confié le ministre du Budget.

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 623 06 56 23

Créé le Samedi 23 juillet 2022 à 17:53

TAGS