Ciblage des ménages indigents : Lansana Diawara et son équipe bouclent la campagne de sensibilisation des responsables communautaires en forêt…

Guinée forestière
Lansana Diawara, Directeur Général du Fonds de Développement Social et de l'Indigence
Lansana Diawara, Directeur Général du Fonds de Développement Social et de l'Indigence

GUECKEDOU/MACENTA-Le Fonds de Développement social et de l'Indigence (FDSI) a bouclé ce mardi 05 juillet 2022, la campagne de sensibilisation des responsables communautaires sur le processus de ciblage des ménages indigents, dans la région administrative de Nzérékoré. Lansana Diawara, Directeur Général du FDSI et son équipe ont clôturé leur mission par les préfectures de Macenta et de Guéckedou, a constaté sur place Africaguinee.com.

Tout comme à N’Zérékoré, Lola, Beyla, Yomou, les deux dernières étapes ont connu un franc succès. La mobilisation était au rendez-vous, témoignant ainsi de l’intérêt que les leaders locaux accordent à ce programme phare du président de la transition, que le FDSI met en œuvre. A Gueckedou tout comme à Macenta, plusieurs chefs de districts et des chefs de quartiers ont effectué le déplacement pour être outillés sur le processus de ciblage des ménages indigents. Ce programme qui a été lancé le 26 mai 2022 va soulager plusieurs ménages indigents. Il a été bien accueilli par les citoyens qui n'ont pas manqué de témoigner leur reconnaissance vis-à-vis du président de la transition et de son gouvernement.

Ce vaste programme doit toucher près de 6 millions de citoyens guinéens qui vivent dans l'extrême pauvreté. C’est le début d'un long processus qui sera renouvelé chaque année dans l'objectif de venir en aide aux personnes vivant dans une pauvreté accrue. Déjà 18 préfectures ont connu le passage de l'équipe du Fonds de Développement social et de l'Indigence qui est à pied d'œuvre pour la couverture de toutes les localités du pays.

Pour le Directeur Général du FDSI, ce programme va non seulement permettre d'identifier, d'enregistrer et de suivre les potentiels bénéficiaires, mais aussi de permettra de lutter contre la corruption pour une meilleure répartition des ressources du pays aux personnes vulnérables.

"Le Fonds de développement social a la responsabilité de faire le ciblage sur l'ensemble du territoire national, au compte du registre social unifié RSU. Le RSU est un outil informatique robuste qui est fait, pour l'identification, l'enregistrement et le suivi des bénéficiaires potentiels d'aide en République de Guinée. A savoir, les personnes vulnérables, les indigents, les pauvres ou ceux qui sont dans l'extrême pauvreté. Nul peut lutter efficacement contre la pauvreté sans connaître les pauvres. Alors il est important, qu'en terme de gouvernance que l'on soit d'abord situé sur le nombre de pauvres en Guinée. L'activité que vous avez vue ici aujourd'hui, c'est la sensibilisation communautaire. Il consiste à préparer les présidents de districts, les chefs de quartiers à recevoir les enquêteurs qui seront très bientôt déployés dans les différentes localités en République de Guinée. C'est tout à fait normal de les informer pour qu'à leurs tours, qu'ils informent leurs citoyens. Si vous voyez qu’en Guinée, dans l'accompagnement des citoyens il y a des doublons, c’est parce qu'on n’avait pas un registre social unifié. Donc, c'est à travers le registre social unifié qu'on va lutter contre la corruption (…). Dès que la base de données sera constituée, près de 6 millions de guinéens qui sont dans l'extrême pauvreté seront enregistrés. Chaque année, il y aura une révision. Parce que personne n’est condamné à être pauvre à vie. L'avantage, ça permettra à l'Etat guinéen de définir sa politique d'aide et de protection sociale, mais également ça va donner une orientation très claire, aux partenaires qui comptent accompagner la Guinée dans le cadre de la lutte contre la pauvreté", a expliqué Lansana Diawara.

Le Directeur Général du Fonds de Développement social et de l'Indigence est très satisfait de la réussite de cette tournée de sensibilisation.

« Quand vous avez la responsabilité d'avoir une partie de la gouvernance d'un pays, c'est que vous devez mesurer cette grande responsabilité. Il ne suffit pas de s'asseoir dans son bureau et de diriger. Il est important d'aller vers les communautés, il faut le faire tout temps. Ça vous permet d'être évalué et de comprendre jusqu'où s’arrête l'immensité de la tâche qui vous a été confiée par le président. Puisque nous sommes 13 millions de guinéens. Donc, il est tout à fait normal de faire assez de sacrifices. Nous avons parcouru 18 préfectures, nous avons compris que les réalités ne sont pas pareilles. Et nous avons compris jusqu'où notre responsabilité est engagée pour faire changer et faire bouger les choses dans notre pays », a indiqué Lansana Diawara. 

La préfecture de Macenta est l'une des plus grandes de la région administrative de Nzérékoré. Elle regorge 14 sous-préfectures et doit être totalement couverte par ce programme. Pour atteindre cet objectif, le préfet de Macenta a lancé un appel aux représentants communautaires, leur demandant de s'impliquer -chacun dans sa localité- pour la réussite du processus de ciblage dans sa zone.

« Au nom de Monsieur le gouverneur, je remercie tous les présidents de districts, les chefs de quartiers qui ont bien voulu répondre à cet appel, sans oublier le Fonds de Développement Social et de l'Indigence, pour nous avoir offert l'occasion de faire partie d'un tel programme essentiel, qui n'aborde pas seulement le ciblage des ménages indigents mais le développement social aussi. Votre implication personnelle auprès de vos différentes communautés constitue une condition impérieuse pour l'aboutissement de ce programme. La diffusion des messages dans les langues vernaculaires de la région permet d'optimiser la communication locale pour que chaque citoyen reçoive ce message partout où il se trouve. Je profite de cette occasion pour lancer un appel particulier, à toutes les couches de la communauté de notre préfecture pour s'impliquer à ce processus pour un meilleur ciblage de qualité et de quantité", a lancé Ousmane Diallo, préfet de Macenta.

En l’an 2000, la préfecture de Guéckedou a été victime d'agression rebelles causant beaucoup de dégâts et faisant plusieurs victimes. Les stigmates sont encore là. Pour le représentant du préfet, ce programme vient à point nommé pour une préfecture sinistrée par la guerre.

"Ce programme permettra de diminuer drastiquement le nombre de pauvres dans notre préfecture. Nous disons merci au président de la République le colonel Mamady Doumbouya. La préfecture de Guéckedou vient de loin. On se rappelle des incursions rebelles de 2000 qui a tout détruit à Guéckedou. Aujourd’hui, la ville est en train de renaître de ces cendres. On peut dire que toute la population de Guéckedou est pauvre. Parce que la rébellion a appauvri l'ensemble de ses habitants

Mais il y a les pauvres parmi les pauvres. C’est la raison pour laquelle on parle des indigents. Donc, Guéckedou a besoin de cette campagne. C'est en cela que nous lançons un appel solennel à son excellence le président de la République pour prendre une décision et reconnaître la préfecture de Guéckedou comme une préfecture sinistrée. C'est ce qui va permettre aux personnes de bonne volonté, aux institutions Internationales de venir investir dans la préfecture de Guéckedou parce qu’elle en a besoin", a soutenu Daouda Kaba, secrétaire général chargé des affaires administratives de la préfecture Guéckedou.

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tel : (00224) 628 80 17 43

Créé le Mercredi 06 juillet 2022 à 18:24