Béavogui : "Nous avons 14.000 fonctionnaires non postés…certains ne savent ni lire ni écrire"

Guinée
Mohamed Beavogui, Premier ministre de la transition Guinéenne (M)
Mohamed Beavogui, Premier ministre de la transition Guinéenne (M)

LABE-Annoncé pour début 2022 le recrutement de nouveaux fonctionnaires à la fonction publique n’a toujours pas eu lieu. Qu’est-ce qui retarde le processus ? Mohamed Béavogui, le premier ministre guinéen, a révélé ce samedi 11 juin 2022 lors d’un point de presse la raison. Le chef du Gouvernement explique qu’ils font face à une série de difficultés. A date, selon Béavogui, 14.000 fonctionnaires sont non postés. Tenez-vous bien, certains ne savent « ni lire ni écrire », selon le premier ministre.

« Le recrutement des fonctionnaires, c’est le problème le plus épineux qu’on a aujourd’hui. Parce que tant qu’on n’a pas une administration publique bien formée, des hommes qui sont éthiquement préparés, qui travaillent dans un système organisé et des hommes qui sont logés dans des locaux normaux, ça sera difficile de faire avancer notre administration. Aujourd’hui, nous ne savons même pas combien d'hommes nous avons dans notre administration.

Nous essayons de faire ce travail maintenant. Et, croyez-moi, ce n’est pas facile parce que là où vous voulez résoudre le problème, c’est là-bas où il y a tous les barrages et les difficultés. Nous avons un nombre énorme de fonctionnaires non postés. On a 14.000 fonctionnaires non postés.

Souvent, on découvre quand on veut prendre parmi ces non postés pour les nommer qu’il y en a qui ne savent même pas lire et écrire. A côté de ça, nous avons combien de stagiaires ? Je suis sûr parmi vous ici il y’a certains qui sont stagiaires depuis au moins 10 ans, maintenant sans compter ceux qui sont dehors et qui veulent rentrer.

Avec tout ça, nous avons engagé le processus de digitalisation, de biométrisation des fonctionnaires. Donc il faut mettre en place un processus pour commencer à nettoyer cet aspect-là, c’est ce qui est en train d’être fait. Les recrutements seront faits par département » indique Mohamed Béavogui.

Le chef du Gouvernement dresse un constat peu reluisant sur l’état des infrastructures dans la région de Labé où il vient de boucler une immersion. Il a promis que des corrections seront apportées progressivement en fonction des moyens de l’Etat.  

« Nous avons découvert beaucoup d’infrastructures destinées à l’administration publique qui ne sont pas terminées. Elles sont dans un état vraiment indescriptible alors que notre administration doit être bien équipée, bien organisée pour se mettre au service de nos population. La deuxième des choses qu’on constate et qui est très marqué dans cette région, c’est le problème des infrastructures routières. Il y’a un gros problème de routes. Je pense que très sincèrement, c’est un problème auquel, il faut s’attaquer qui est là.

Évidemment, à côté, il y a le problème d’électricité, le problème de l’eau dans plusieurs localités.  Des programmes sont là, les gens veulent travailler, ils veulent avoir un appui dans ce qu’ils savent faire. Mais j’ai toujours essayé d’être honnête en ne promettant pas des choses qui ne sont pas réalisables. Les priorités ne sont pas encore en place.

Donc, je n’ai pas envie de dire que nous allons faire telle chose pour Labé, telle chose pour Lélouma et telle autre chose pour Koubia. Ce qui est clair, nous avons recensé les différentes préoccupations, nous avons recensé les contraintes, nous allons retourner à Conakry et nous allons essayer de sortir un programme pour chaque préfecture. Mais soyez sûrs que chaque préfecture aura une réponse à ses préoccupations dans la mesure des moyens » a promis le premier ministre.

A suivre…

Thierno Oumar Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 11 juin 2022 à 20:59