Orange Money : "La baisse touche aujourd'hui 98% de nos clients...", précise Abdoul Karim Bangoura, DG d'Orange Finances Mobiles

Guinée
M. Abdoul Karim Bangoura, Directeur général d'Orange Finances Mobiles Guinée
M. Abdoul Karim Bangoura, Directeur général d'Orange Finances Mobiles Guinée

CONAKRY-La direction générale d'orange Finances Mobiles Guinée (Orange Money) a procédé à une importante réduction sur sa grille tarifaire dans les opérations de transaction monétaire. Cette "bonne nouvelle" est déjà entrée en vigueur depuis ce mercredi 1er juin 2022. Suite aux différentes réactions et interprétations que cette mesure a suscitée, Africaguinee.com a interrogé le Directeur Général d'Orange Finances Mobiles Guinée, M. Abdoul Karim Bangoura. Il a apporté des précisions.

AFRICAGUINEE.COM : Orange Finances Mobiles Guinée dévoilé une nouvelle grille tarifaire à ses clients. Parlez-nous de ses avantages ?

ABDOUL KARIM BANGOURA : Ce lancement intervient à l'occasion de nos 10 ans d'anniversaire en Guinée. On a passé en revue nos activités pendant ces 10 ans là. On a fait le bilan pour voir ce qui a marché et ce qui ne l'a pas été. On s'est dit que beaucoup de choses ont été faites. Aujourd'hui, Orange Money fait partie de la vie des Guinéens, c'est l'un des services les plus appréciés par la population. 

Mais on s'est dit que notre mission qui est de permettre à tous les Guinéens partout en Guinée d'avoir accès au service financier Mobile, cette mission n'est pas atteinte. On a encore beaucoup de clients qui n'ont pas accès au service financier partout en Guinée. Il y a beaucoup qui sont réticents parce qu'ils ont un frein technologique, d'autres ont des inquiétudes sur la sécurité. Donc, on s'est dit que la première phase, c'est les freins liés aux tarifs. On s'est dit qu'on va procéder à une baisse.  Cette baisse aujourd'hui, en moyenne, c'est 35%. Nous avons baissé 35% les frais de retrait pour les clients. 

Comment ces faits se manifestent ? 

Avant, on avait une grille où on avait des prix fixes par pallier. Par exemple sur le retrait des 50 000 GNF, nos clients payaient 2 000 francs guinéens. On a changé ce modèle là parce que nous évoluons en pourcentage. Nous avons donc simplifié notre grille tarifaire pour passer de 10 pallier à 5 en passant aussi au pourcentage. Et globalement nous avons fait une baisse de 35%. Et sur certains paliers, on peut aller jusqu'à 80%. On a parlé sur la communication de 50% mais dans certains paliers la baisse peut atteindre 80%. 

Cette baisse touche aujourd'hui 98% de nos clients. Au mois de Ramadan, nous avons fait une promotion où on avait fait une réduction de 20% sur certains paliers jusqu'à 2 millions de francs guinéens. Ce qu'il faut savoir, la majorité des clients aujourd'hui font des transactions entre 0 et 2 millions de francs guinéens. Au-dessus, c'est un nombre faible de clients. Et donc, 98% des clients ressentent directement une baisse. 

Suite au lancement fait mardi 31 mai, nous avons fait un tableau pour mieux expliquer parce qu'il y a eu juste une communication générale. Et après un changement important comme ça, il y a une sorte d'adaptation, de compréhension et de pédagogie. Malheureusement, il y a eu une incompréhension et un bad (mauvais) buzz.

Avec cette nouvelle grille, presque tous les clients, jusqu'à neuf millions de francs guinéens, ils ont une baisse. Par exemple, sur les réseaux sociaux on parlait de client qui fait un retrait de 3 200 000 Gnf, avant il payait 46 000 Gnf et avec le pourcentage il paye 48 000. Mais ce que je veux dire, pour ce client qui veut faire un retrait de 3 200 000 Gnf là, s'il rajoute juste un franc ( 1 franc) sur ses 3 200 000, c'est à dire au lieu de payer 3 200 000, il paye 3 200 001 francs guinéens,  au lieu de payer 46 000, il va payer plutôt 32 000 Gnf. C'est une très forte baisse pour ce client. Les clients n'ont pas bien compris mais il faut une période d'adaptation pour leur permettre de comprendre que cette baisse touchera tout le monde. 

Ce qui change aussi, avant les clients ne pouvaient pas faire un retrait en dessous de 10 000 Gnf, aujourd'hui ils peuvent faire un retrait à partir de 2 000 francs guinéens. Et avant, ils ne pouvaient pas faire un retrait de 10 millions, aujourd'hui ils peuvent faire jusqu'à 15 millions francs guinéens. 

Si un client fait un retrait de 15 000 000 Gnf (quinze millions), il paye 120 000 au lieu de 150 000 Gnf. Tous ceux qui font des retraits au-delà de 12 000 000 les frais sont bloqués à 120 000 Gnf. C'est pour vous dire que cette baisse va toucher tout le monde.  C'est 35% de baisse en moyenne. Ça nous impacte, parce qu’on perd dans une certaine mesure. Nos réseaux de distribution aussi impactés et pour permettre de les accompagner, nous avons dû ajuster sur les commissions qu'on leur verse.

On a augmenté un peu les commissions pour qu'ils puissent un peu compenser. Mais ça ne pas compenser totalement la baisse qu'on vient de faire. Ce qui peut compenser cette baisse, c’est si nos clients adhèrent à l’opération et qu'ils continuent d'utiliser Orange Money.  Avec plus de transactions, plus de nouveaux clients, c'est ça qui va nous permettre de rentrer dans nos frais, sinon, en l'état c'est nous qui diminuons notre gain. 

Certains pensent que cette nouvelle grille tarifaire profite plus à ceux qui font des transactions des petits montants que ceux qui font des grosses transactions. Qu'en dites-vous ?

Comme je l'ai tant tôt dit, certains paliers, par exemple si on prend 6 000 000 gnf où les gens font une comparaison en disant qu’avant, si quelqu'un faisait un retrait de six millions, il payait 55 000 Gnf, en passant à 1%, 6 millions c'est 60 000 comme frais de retrait, donc pour 1%. Pour ce client, au lieu de payer 6 000 000, il fait 6 000 001 Gnf (six millions un francs guinéens), il va payer 60 000 au lieu de 68 000 Gnf contrairement à l'ancien tarif où si tu faisais 6 000 001 Gnf, tu payais 68 000 mais aujourd'hui c'est 60 000. Donc, cette baisse touche tout le monde, les gros comme les petits.

Certains distributeurs en détails estiment que cette nouvelle grille tarifaire leur fait perdre en gain. Qu'est-ce qu'il en est réellement ?

Aujourd'hui, ce qui se passe, la commission qu'on donne au réseau de distribution est liée aux frais que le client paie. Donc, si les frais que le client paie c'est ça qui alimente Orange Finances Mobiles Guinée, c'est ça aussi qui nous permet de payer les commissions, et donc si ces frais baissent, les commissions baissent. Depuis l'année dernière, on devait faire cette baisse là, mais on échange avec notre réseau de distribution, les distributeurs, les points de vente pour les sensibiliser sur cette baisse qu'on avait prévu de faire depuis longtemps. 

Aujourd'hui, pour compenser légèrement, réduire l'impact de cette baisse sur les points de vente et le distributeur aussi, nous avons décidé d'augmenter leur part en terme de commission. Donc, nous on baisse en terme de commission. Ce qu'on versait globalement au réseau de distribution, c'était autour de 47%, c'est à dire 47% des frais qu'on perçoit, on les versait au réseau de distribution. Avec l'ajustement qu'on vient de faire, à peu près 58% des frais qu'on collecte on va les verser au réseau de distribution. Ça ne va pas compenser totalement. Ce qui va compenser totalement, c’est si les clients adhèrent pour que les transactions puissent augmenter. C’est ce qui pourra compenser la perte des revenus.

A côté de cette nouvelle grille tarifaire, Orange Finances Mobiles a présenté une option qui va sécuriser les opérations de transaction. Parlez-nous-en !

On a lancé une option dans l'application Orange Money Afrique, pour le client qui fait des erreurs de transfert, s'il télécharge l'application, il peut bloquer les transactions erronées, le temps de nous permettre de rembourser. 

Pour un gérant ou un point de vente (PDV), ils peuvent télécharger tous l'application Orange Money dédiée au PDV, ils peuvent bloquer les transactions (dépôt à quelqu'un par erreur), au lieu d'appeler le service client et être en ligne quelques minutes le temps que le service client il se trouve que la personne a sorti l'argent. 

Avec l'application, ils peuvent bloquer toute suite le montant pour que le temps qu'on régularise pour eux l'opération de transaction. Ça leur donne un gain de temps pour réagir bloquer les transferts erronés et toutes les sortes d'arnaque qu'ils peuvent subir avec les transferts. 

Quel message avez-vous à l'endroit de vos millions de clients ?

Nous sommes à l'écoute de nos clients, savoir c'est quoi leur douleur. L'une de leurs douleurs c'était le tarif, l'autre c'était les erreurs de transaction ou les codes de PIN bloqués et d'autres douleurs c'est les arnaques. 

Avec cette nouvelle grille tarifaire on a fait un premier pas pour adresser à la douleur liée aux tarifs. Ils nous ont dit qu'ils aiment énormément Organe Money parce que ça leur simplifié la vie mais de baisser un peu les tarifs. On a fait un premier pas en baissant en moyenne de 35% les frais et jusqu'à 80% sur certains paliers, c'est une victoire pour nos clients et on est là pour eux.

L'autre pas qu'on a effectué c'est de lancer l'option de correction des erreurs de transaction dans l'application et leur permettre à travers l'application de modifier leur code secret. Nous sommes toujours à leur écoute pour qu'ils soient satisfaits. 

Sur les arnaques aussi nous avons mis des solutions techniques et nous travaillons avec les autorités pour arrêter ces arnaqueurs qu'on a identifié dont la plupart sont dans les maisons d'arrêt à travers le pays. 

Nous travaillons pour être à l'écoute du client, répondre à ses préoccupations. Car c'est grâce à eux qu'on est là et c'est grâce à eux que notre business est florissant. Merci à eux. Nous allons continuer à écouter et à sensibiliser et faire de la pédagogie pour amener chacun à comprendre cette baisse tarifaire. Et par coïncidence, nous on diminue, le prix du carburant augmente, c'est pour vous dire que nous travaillons pour que les populations aussi puissent avoir un pouvoir d'achat un peu plus conséquent. 

Interview réalisée Par Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 655 311 114

Créé le Jeudi 02 juin 2022 à 18:35