Mohamed Lamine Kamissoko du RPG arc-en-ciel : "le Colonel Doumbouya doit faire attention…"

Guinée
HONORABLE MOHAMED LAMINE KAMISSOKO
HONORABLE MOHAMED LAMINE KAMISSOKO

CONAKRY-Que compte faire le Rpg arc-en-ciel pour obtenir la libération de ses dirigeants incarcérés ? Honorable Mohamed Lamine Kamissoko, responsable à la mobilisation et membre du bureau politique national du RPG arc en ciel a répondu aux questions d’Africaguinee.com.

Africaguinee.com : Le CNRD a annoncé l’interdiction de toutes manifestations sur la voie publique. Comment réagissez-vous face cette décision ?

HONORABLE MOHAMED LAMINE KAMISSOKO :  Pour commencer, je dirai au Colonel Doumbouya de faire beaucoup à attention parce que dans sa première déclaration (5 septembre), motivant son coup d’Etat, il avait dit que Alpha Condé a pris le peuple en otage. Il avait dit que Alpha Condé et son gouvernement ont instrumentalisé la justice. La situation qui nous unit aujourd’hui, c’est l’organisation des élections et l’élaboration d’un chronogramme. Moi à sa place, j’aurais travaillé avec les partis politiques parce que les décisions d’un décideur sont là, mais la volonté du peuple compte aussi.

Il n’a qu’à réunir toutes les armes du monde, il ne pourra rien contre la volonté du peuple. Donc, il vaut mieux être en phase avec le peuple. Et ce peuple-là, quand tu prends la population guinéenne qui a 13 millions d’habitants, vous trouverez que l’écrasante majorité est affiliée à ces différentes formations politiques. Donc, quand tu veux prendre une décision, il faut tenir compte de ça. Tous ceux qui vont venir lui masquer la face aujourd’hui, tirent profit au tour de lui. Ils ne lui diront jamais la vérité. Etre chef, c’est très difficile. Mais quand ça va éclater, il sera seul.

L’interdiction des manifestations, c’est bien vrai que nous sommes dans un régime d’exception. Mais s’ils interdisent au peuple de manifester, c’est un risque pour eux. Moi je préfère qu’ils disent que toute manifestation sera encadrée, mais il n’est pas bon qu’ils dire ‘’nous interdisons toutes manifestations jusqu’aux élections’’. C’est d’abord de l’arbitraire, c’est anti-démocratique. Si les gens ne sont pas d’accord, il n’a qu’à faire face au problème et qu’il essaie de le résoudre, en évitant de prendre une décision comme ça parce que ça n’aboutira pas.

Le jour où le peuple sera décidé, il va sortir, advienne que pourra. Parce que s’il n’est pas d’accord il va sortir. Et si le peuple sort, lui (Mamadi Doumbouya) ce qu’il va faire, c’est de réprimer tout le monde ou de ramasser tout le monde et mettre en prison. Et ça aussi, on verra si c’est la société qu’il est venu diriger ou s’il venu pour foutre tout le monde en prison.

Le Conseil national de la transition a pris une résolution fixant la durée de la transition à 36 mois contrairement aux 39 mois annoncés par le CNRD. Quelle est la position du RPG arc-en-ciel ?

Nous ne sommes pas d’accord. Le RPG arc-en-ciel a proposé 16 mois. Donc, contrairement à un des ministres qui a dit que le RPG a proposé 52 mois, le RPG n’a proposé que 16 mois de transition mais après les huit mois. Les 16 mois commencent à partir du 1er mai 2022. A partir de maintenant, nous allons afficher sur les réseaux sociaux et à tous les niveaux le chronogramme que le RPG a proposé à la CEDEAO. Nous allons diffuser.

Comment comprenez-vous que le CNT puisse adopter une telle résolution alors que cela ne relève pas de ses prérogatives ?

Il y a des programmes qui ne consistent seulement qu’à allonger la durée de la transition. Ça n’a rien à voir avec une transition parce qu’une transition, c’est pour venir préparer les élections. Mais pourquoi les gens disent refondation de l’Etat, ils vont refonder quoi ? Ça nous fait déjà 9 mois que depuis que ces gens sont au pouvoir. Qu’est-ce qu’on est en train de voir sinon que la misère du peuple, il (peuple) souffre maintenant-là. Aujourd’hui, la population n’arrive pas à manger correctement.

Faites un tour dans les différents quartiers, vous entendrez les cris de cœur de la population. Les gens viennent voiler la face au Président de la transition, en lui faisant croire que tout le monde est avec lui. C’est comme ça qu’on fait avec tous les chefs. Je veux qu’il (colonel Mamadi Doumbouya) ouvre les yeux et qu’il regarde en face la réalité et qu’il essaie de s’entendre avec la classe politique mais pas faire un bras de fer avec celle-ci.

Plusieurs cadres et responsables du RPG arc-en-ciel sont emprisonnés pour des faits présumés de détournement des deniers publics. Que faites-vous pour obtenir leur libération ?

Tout cela démontre la nature d’un régime arbitraire. Quand vous dites, ‘’je veux arrêter tous ceux qui ont fait les détournements’’, notre Président (Alpha Condé) l’a dit. Nous voulons que tous ceux qui ont pris quelque chose de l’Etat les restitue, nous sommes d’accord pour ça. Mais ne nous sommes pas d’accord de la manière d’aborder les problèmes. Cette lutte contre les crimes financiers, la manière dont il fait, cela ne se fait nulle part au monde. C’est-à-dire, c’est comme si tu mettais la charrue avant les bœufs. Comment dans telle condition ton champ va être cultivé ? Ça ne pourra pas marcher.

Les gens sont en prison, s’il veut, il n’a qu’à les garder, mais personne ne pourra arrêter la marche du RPG parce qu’il y a des milliers d’Alpha Condé qui sont dans le RPG.

Comptez-vous organiser des manifestions pour leur libération ?

Nous dénonçons la méthode. Nous avons pensé que nous avons à faire à un pouvoir qui va accepter de dialoguer et discuter avec les gens. C’est ce que je dis, c’est au moment où les choses semblent être plus calme c’est en ce moment que les choses dangereuses se préparent. C’est juste un conseil. S’il pense que les gens sont restés calme c’est parce qu’ils ne peuvent rien ou qu’ils ont peur, il se trompe lourdement. Il n’a qu’à prendre la Guinée de 1958 jusqu’aujourd’hui. Ce n’est pas un régime militaire qui peut faire taire la population ou qui peut effrayer le RPG.

Nous venons de loin mais maintenant là, nous pensons que nous devons mener un combat d’hommes, démocratique. Nous ne voulons pas prendre le CNRD comme notre ennemi. Nous pensons qu’ils vont se mettre dans un cadre logique, faire une transition acceptable, donner un délai de transition acceptable mais 9 (neuf) mois déjà écoulés plus 36 mois. Ils (CNRD) nous prennent pour qui ? Personne n’est Dieu, et Dieu est pour tout le monde. Nous demandons seulement que la considération soit mutuelle.

Que le CNRD accepte de respecter les partis politiques et ceux-ci respectent le CNRD comme une autorité même si celle-ci est une exception. Mais à eux également de tenir compte de l’avis de la classe politique guinéenne car si les partis politiques disent aujourd’hui (c’est ça), le CNRD sera dans la merde. Pour ne pas en arriver là, j’espère qu’ils feront tout pour essayer de se comprendre.

Qu’est-ce que vous pensez de cette proposition du ministre de l’administration du territoire qui compte tirer le fichier électoral à la suite du recensement général de la population ?

 Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation sait pertinemment que le recensement général de population ne peut pas marcher pour ce qui est du fichier électoral. Ce n’est pas lui qui va aux élections. Ils (CNRD) ont dit qu’ils n’iront pas aux élections et qu’ils n’ont pas de candidat que c’est pour organiser les élections. Alors, les élections, vous les organisez pour qui ? C’est pour les partis politiques. Si ces partis politiques-là ne sont pas associés à vos prises de décisions, alors qu’est-ce que vous voulez ? A moins qu’il n’ait un calendrier caché, un calendrier exceptionnel, un programme exceptionnel qu’ils n’ont pas encore présenté à la population. Si c’est cela, en ce moment on verra ça aussi.

Interview réalisée par Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 114

Créé le Mercredi 18 mai 2022 à 13:55