Macky Sall dénonce des règles financières internationales « injustes et dépassées »…

Economie
Macky Sall
Macky Sall

DAKAR, le 16 mai 2022- Le Chef de l’Etat sénégalais Macky Sall a fustigé ce lundi l’architecture financière mondiale qui selon lui empêche les pays africains de se développer.

En marge des travaux de la 54ème session de la conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique, Macky Sall a fait un réquisitoire plutôt sombre des relations entre l’Afrique et les institutions financières internationales.

« Aujourd’hui, tout le monde est d’accord que les conditions actuelles, les paramètres qui constituent la gouvernance économique mondiale sont dépassés et inadaptés à la réalité. A quoi bon d’imposer à l’Afrique de respecter un niveau de déficit dans un contexte de double crises de la COVID, de la guerre en Ukraine ; et on nous dit vous ne pouvez pas dépasser un déficit de 5%, de 6%. Ça n’a aucun sens aujourd’hui par rapport à la réalité que vivent nos pays », a regretté le Président sénégalais qui appelle à des solutions innovantes pour atténuer l’impact de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine sur les économies des pays africains.

L’actuel Président en exercice de l’Union africaine appelle ses paires à parler d’une seule voix pour défendre les intérêts du continent qui sont souvent ignorés selon lui.

Pour le Président de la République du Sénégal, la rencontre de Dakar doit sortir des schémas classiques pour apporter des solutions innovantes de financement des économies des pays du continent.

« Il faut sortir des schémas classiques qui ont déjà montré leurs limites, même en temps normal. C’est pourquoi nous plaidons pour l’effectivité des droits de tirages spéciaux (DTS) pour nos pays. Sur 650 milliards de DTS, l’Afrique n’a que 33 milliards de dollars. 5%, c’est ce que nous pesons par rapport aux règles qui gouvernent le monde. Est-ce que c’est tout ce que nous pesons ? Sur l’économie mondiale ? Donc les règles sont injustes. Elles sont dépassées. Il faut donc qu’on ait le courage de les remettre en cause avec ceux qui veulent progresser », préconise Macky Sall.

Selon le Chef de l’Etat sénégalais, les pays africains n’ont aucune chance de sortir du sous-développement si les règles financières mondiales ne sont pas revues et adaptées aux réalités du continent.  

« Aujourd’hui on nous dit il ne faut plus demander la réallocation. Des engagements avaient pourtant été pris ; mais aujourd’hui on a l’impression que c’est un rétropédalage.

Les besoins de financement de l’Afrique estimés à 252 milliards de dollars d’ici 2025, une estimation du FMI pour contenir le choc de la COVID-19, et amorcer la relance ; aujourd’hui les besoins sont de loin des montants alloués à l’Afrique », prévient Macky Sall qui rappelle que : « L’OCDE a des règles assez strictes, assez rigides. Le crédit export des pays qui veulent vendre, nous nous voulons acheter. Donc entre l’acheteur et le vendeur le dialogue devrait être facile. Le sous-développement peut s’expliquer facilement. En réalité il y a un corset qu’on nous a mis, si on ne change pas les règles on ne peut pas se développer. On nous a mis la même camisole, que tu sois grand ou petit. Ça ne peut pas marcher. Ce sont les mêmes règles depuis la mise en place des institutions de Breton Woods, nous n’étions pas là, nous n’étions pas indépendants ; donc nos préoccupations ne sont pas prises en compte par ces institutions. Ça ne marche pas et ça ne peut pas marcher », a prévenu le Président Macky Sall.

 

Africaguinee.com

 
Créé le Lundi 16 mai 2022 à 22:20