Damaro dit ses vérités à Nantou, Tidiane Traoré et cie : "Si on me déshabille au marché…"

Guinée
Amadou Damaro Camara
Amadou Damaro Camara

CONAKRY- Des émissaires du bureau politique national du RPG arc-en-ciel étaient ce mardi 29 mars 2022 chez Amadou Damaro Camara pour essayer de convaincre ce dernier de participer à la convention extraordinaire du parti, prévue le 31 mars 2022.

La rencontre était décisive. Et le moins que l’on puisse dire, elle a été riche et l’ancien président de l’Assemblée Nationale n’a pas mâché ses mots devant Hadja Nantou Chérif Konaté (qui a fondu en larmes), Ahmed Tidiane Traoré et d’autres jeunes du parti. M. Camara a dit ses vérités de manière crue à ses hôtes. Joint ce soir par Africaguinee.com, l’ancien chef du Parlement guinéen annonce qu’il ne prendra pas part à la convention nationale. S’il le fera, c’est à une seule condition.

AFRICAGUINEE.COM : Des émissaires du bureau politique du RPG arc-en-ciel étaient annoncé chez vous cet après-midi. Que s’est-il passé ?

AMADOU DAMARO CAMRA : J’ai eu les jeunes du parti, j’ai eu Hadja Natou et Tidiane Traoré qui sont venus pour me prier en reconnaissant que j’ai raison. Ils ont avoué en disant : il y a eu des manquements, je suis un poids lourd, si je ne viens pas il n’y aura pas de RPG etc. Je leur ai que je n’ai pas été associé.

Aux jeunes je leur ai qu’on vous amène pour qu’on me fasse porter le fardeau de l’implosion du parti. Sinon depuis le 07 mars qu’on a installé Kassory, c’est la première fois que je vois un membre du bureau politique venir me voir. Les jeunes étaient étonnés. J’ai dit que tout le complot contre moi, ils sont quatre. Deux sont là, les autres ne sont pas là. Hadja Nantou a pleuré à chaude larmes pour présenter des excuses. Tidiane a dit qu’il n’y a pas d’explications, que j’ai raison, de pardonner.

Les jeunes ont dit que toutes façons, ils ont un travail avec le bureau politique. C’est eux qui étaient partis fermer le siège. Par la suite, ils ont délocalisé la convention à l’hôtel Kaloum. J’ai dit que même si j’ai deux personnes, je ne peux pas discuter de quoi que ce soit avec eux d’ici après-demain. Je n’irais pas à la convention. Sauf si quelque chose se passe aujourd’hui ou demain. Mais je n’ai rien exigé, je n’ai rien demandé.

Qu’est-ce qui pourrait vous faire changer d’avis ?

Je leur ai dit depuis fort longtemps : si on me déshabille au marché, on doit me rhabiller au marché. Ça doit être officiel et public en ajoutant : ça ne peut pas se faire sans toi.

Une déclaration officielle pourrait-elle suffire ?

Ce serait un bon départ. Je leur ai dit que si on doit faire une sauce au RPG, je dois participer au choix des condiments pour la sauce de cette cuisine. Mais on ne peut pas faire un plat, mettre la sauce là-dessus et me le servir. Je ne mangerais pas ça. En politique, tout ce qui se fait après toi, c’est contre toi.

Il faut qu’on me donne la raison : est-ce que j’ai des problèmes avec quelqu’un ? Quel est ce problème ? Si je dois régler ça, réglons ça d’abord. Est-ce qu’ils ont un problème avec moi ? Ai-je fait quelque chose au parti ou à quelqu’un pour être traité comme ça ? Tout le monde me connait.

Même devant Alpha Condé dans la plénitude de son Pouvoir, quand je ne suis pas d’accord, je savais le lui dire, fermement et poliment. Tout le monde connait ça. Parce que j’ai une conviction : mon sort n’est pas dans les mains d’une personne. Il est dans les mains de Dieu. J’ai cette ferme conviction.

A suivre…

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 29 mars 2022 à 22:01