Guerre en Ukraine : des "perspectives sombres" pour Rusal et ses milliers d’employés en Guinée

Guinée
Image d’illustration
Image d’illustration

La guerre déclenchée par la Russie en Ukraine augure des perspectives sombres pour les activités de Rusal en Guinée. L’exploitation des gisements de bauxite détenus par le géant de l’aluminium russe risque d’être drastiquement bouleversée, si ce n’est d’ailleurs le cas. Et pour cause, le cendre industriel Mikolaïv proche de la ville balnéaire d’Odessa situé dans le sud de l’Ukraine, a été bombardée le weekend dernier.

Conséquences, l’usine d'aluminium de Mikolaïv, située dans la ville portuaire éponyme est à l’arrêt. C’est là où la bauxite extraite en Guinée par Rusal à travers ses filiales notamment -la Compagnie des Bauxites de Kindia (CBK) et la Compagnie de Bauxite de Dian-Dian (COBAD)-, est affinée. Cet arrêt brusque aura sans doute des répercussions dans l’élan de la production de la bauxite en Guinée par le géant russe. A cet stade, où toutes les activités sont arrêtées dans la ville portuaire d’Odessa, les bateaux ne peuvent plus décharger.

Rusal fait partie des leaders mondiaux dans l'industrie de l'aluminium et l’une des plus importantes sociétés minières en Guinée. En 2020, la société représentait environ 5,8% de la production mondiale d’aluminium et 6,8% de la production mondiale d’alumine. Sa filiale la Compagnie des Bauxites de Kindia (CBK), créée en 2001 est le « plus grand actif de matières premières » de RUSAL. Elle représente environ 25 % de la production totale de bauxite de l'entreprise, selon les données de la compagnie. Sa capacité de production annuelle est de 3,5 millions de tonnes de bauxite, tandis que le nombre d’employés se chiffre à 1291

La Compagnie de Bauxite de Dian-Dian (COBAD), l’autre filiale de Rusal, développe les gisements de la zone de Dian-Dian dans Boké. Avec sa teneur estimée en moyenne à 59%, il est considéré comme le plus grand gisement de bauxite au monde avec des réserves prouvées de 564 millions de tonnes. Au démarrage de l’exportation de sa bauxite en 2018, sa capacité de production était estimée à 3 millions de tonnes par an. Une capacité qui devait doubler, dans les années suivantes.  

En plus de ses 1 300 emplois directs crées, la COBAD devrait donner chaque année, 0,5% de son chiffre d’affaires annuel aux communautés impactées. Ça c’est sans compter sa politique de RSE (responsabilité sociétale de l’entreprise), à travers la réalisation des forages, des écoles et des structures de soins.

Mais avec la guerre en Ukraine, c’est tout ce circuit économique connaîtra un chamboulement. L’arrêt des activités à l’usine d'aluminium de Mikolaïv ajouté aux sévères sanctions économiques prises par les occidentaux contre la Russie, augure des perspectives sombres pour Rusal et ses milliers d’employés guinéen, ukrainien, russe…

Sept banques russes (la banque centrale y compris) sont exclues du réseau SWIFT, un puissant système de traitement des opérations bancaires internationales, utilisé par plus de 6600 institutions financières réparties dans 184 pays. Sévèrement impacté par les sanctions et d’autres effets induits de la guerre en Ukraine, le mastodonte russe guinéen aurait émis le souhait de mettre en congé technique l’essentiel des travailleurs de ses trois filiales. Mais la junte militaire en Guinée, consciente des conséquences sociales qu’une telle mesure pourrait provoquer, aurait opposé un niet catégorique. Rusal se serait « rétracté », du moins pour l’instant, apprend-t-on. Mais jusqu’à quand ? Pour l’heure toutes nos tentatives de rentrer en contact avec la compagnie sont restées sans suite.

C’est dans ce contexte que le Gouvernement guinéen envisage mettre en place un comité stratégique pour anticiper les conséquences économiques de la guerre en Ukraine.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 16 mars 2022 à 17:20

TAGS